Actualités Culture Musique

FONY, la culture, notre identité

C’est dans un souci de donner une place de choix à la culture burkinabè aux yeux du monde que le festival ouaga new-york, le FONY a vu le jour aux états unis d’Amérique en 2015.
Des artistes venus du Burkina Faso en communion totale avec des burkinabè vivants aux usa et partout dans le monde ont posé les bases de ce qui est reconnu aujourd’hui comme la plus grande manifestation culturelle de la diaspora burkinabè.

Après le succès de la 1ère édition, le FONY se lance le défi d’aller plus loin pour sa 2e édition en 2016 et initie une action de développement par la culture.

Avec l’idée d’offrir un forage à un village burkinabè, grâce à ses partenaires, 5 forages ont été réalisés dans 5 régions du Burkina Faso. Le FONY confirme son ambition de rendez-vous du donner et du recevoir en réunissant en 3 jours d’activités près de 5000 festivaliers du Burkina Faso, des usa et du monde.

Pour sa 3eme édition en 2017, le FONY a encore hissé les couleurs du Burkina Faso très haut à travers la musique, l’art vestimentaire, l’art culinaire, et une rencontre professionnelle des acteurs culturels et des techniciens du ministère de la culture du Burkina Faso.

Trois (03) jours d’activités à New York, ponctués de rencontres, et de partage entre burkinabè et américains. Comme pour respecter son slogan: le FONY, la fête qui nous unit.

La coordination du FONY, structure organisatrice travaille sur toute l’année pour la réussite des différentes éditions du festival. Par le bénévolat, les organisateurs se donnent à cœur joie, pour réussir le pari de valoriser la culture burkinabè.

Avec le soutien financier de l’état burkinabè, d’institutions internationales, de sociétés commerciales, d’opérateurs économiques et de particuliers, le FONY arrive à rassembler et fait son petit bonhomme de chemin.

Promouvoir la culture, unir les hommes, célébrer notre identité, c’est à ce prix que nous construisons un monde meilleur.

Soutenir le FONY, c’est participer à un projet de développement par la culture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 − 4 =