Actualités Musique Société

Frégate Ouahigouya : Kass le Cerveau étale son art à l’occasion de la Saint Valentin

La Saint Valentin n’est pas passée inaperçue au Maquis-Restau La Frégate Ouahigouya. Les valentins et les valentines se se sont retrouvés dans cet espace pleins airs pour célébrer l’amour au côté de l’artiste à la voix d’or, Kass le Cerveau, de son vrai nom Kassoum Ouedraogo. L’artiste qui était en prestation, a rendu la soirée plus éblouissante avec sa belle mélodie qui égaille le public à chaque fois qu’il monte sur scène, un véritable maître d’art chez qui l’inspiration est omniprésente.

Le 14 février 2020, jour de la saint Valentin, la jeunesse de Ouahigouya a vibré au rythme d’une ambiance folle, imposée par la star Kass le Cerveau et ses danseurs au maquis restau la Frégate. Le somptueux public, venu nombreux, a bien été servi. Avant que l’artiste de la soirée ne soit monter sur scène, des artistes invités à l’occasion ont su plomber l’ambiance et séduit le public. Parmi eux, la Miss Derra, qui, avec sa belle voix a fait jubilé les spectateurs.

Il était 23h 30, lorsque le maître de cérémonie annonça l’artiste du soir, Kass le Cerveau. Il se saisit du micro pour ravir son public comme il sait très bien le faire avec ses titres, dont les thématiques sont véritablement riches en enseignement. Le public, très enthousiasmé à encouragé l’artiste avec leurs soutiens multiformes. L’artiste a profité de l’occasion pour dire merci à ses fans et merci au propriétaire du maquis restau la Frégate pour l’opportunité qu’il offre aux acteurs culturels d’exprimer leurs talents.

Mais qui est cet artiste dont le simple nom fait bouger le public ? Nous vous proposons ici, un petit aperçu de sa biographie. À l’état civil OUEDRAOGO KASSOUM, l’artiste KASS est instituteur de profession. Fils de la cité de NAABA KANGO, il a été révélé et lancé en 2008 par un concours de musique du BBDA où, il a été primé et bénéficié du même coup de l’enregistrement de son premier album de six titres baptisé DUNIA. Par la suite, il revient avec un MAXI de 4 titres qui abordent des thèmes comme le mariage forcé (ABIBA), le changement climatique (ZAMANA), l’amour et l’abandon des enfants; bien concoctés par des arrangeurs comme KEVINSON et SAM ZONGO ETIENNE. Le plat fumant de KASS est disponible sur le marché, voici pour vous, quelques titres de l’artiste.

«ABIBA»

Nos sociétés ont tendance à se moderniser. Est-ce à condamner ou à acclamer ? Là n’est pas le plus grand souci de KASS. S’il y’a une chose qui le préoccupe, c’est le mariage forcé. Son amour, celle qui fait battre son cœur, celle qu’il aime, celle avec qui il rêve de fonder un foyer est bel et bien BIBA. Mais ses parents lui imposent SARATA au mépris de ses sentiments. Quelle désolation !

«PAGA» (la Femme)

L’Homme à la voix d’or ne va uniquement pas souligner les maux de sa société. Dans ce titre qu’il a baptisé «PAGA», il magnifie la femme, la beauté de la femme dans toutes ses dimensions. En 2 langues : Mooré et Fulfuldé, KASS en featuring avec le groupe WEND DAABO vous invitent à chanter et à danser au nom de la Femme.

«ZAMANA»

Dans ce titre, l’artiste regrette le comportement des humains vis-à-vis de l’environnement. KASS compare avec nostalgie la vie des temps passés bien arrosés, un climat doux, des Hommes qui s’aimaient ; à celle d’aujourd’hui caractérisée par la pollution (sachets plastiques, émission des gaz à effet de serre) coupe abusive du bois, divagation des animaux. Du même coup, cette chanson est une interpellation à tout un chacun à une réelle prise de conscience pour un changement de comportement.

«BIIGA»

Dans un monde ou la morale agonise, l’artiste KASS a du mal à comprendre et à rester passif face au phénomène de l’abandon des enfants. Dans ce titre, il condamne fermement ce fait et attire l’attention de tous sur l’innocence des êtres qui subissent leur désarroi. Quelle honte !!! Vers quelles destinations nous mènent de telles pratiques. KASS raconte l’histoire d’une mère qui a abandonné son enfant et qu’un passant l’a récupéré. Plus tard, au soir de sa vie, dans ses heures sombres, c’est l’enfant qu’elle a abandonnée qui l’a soutenu.

Bientôt un maxi de quatre (04)titres

Kass le Cerveau, en marge de la soirée spéciale saint Valentin qu’il a livré, a tenu à faire une annonce. «Je prépare un maxi de quatre titres qui paraîtra bientôt au grand bonheur de mes fans», a-t-il affirmé. Si certains artistes courent de partout pour demander des soutiens multiformes, Kass lui, affirme qu’il n’est pas nécessaire de se fatiguer pour courir derrière les gens. «Les gens savent qu’on a besoin de soutien, s’ils veulent soutenir, qu’il le fasse..on a pas besoin de trop demander», a soutenu l’artiste.

Abdoul Aziz Sawadogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
20 × 24 =