Actualités Cinéma Culture

Fréquentation des salles de ciné au Burkina Faso : Des bonnes habitudes à encourager pour la promotion du 7e art

Les mutuelles des travailleurs du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO), de l’Institut des Sciences de l’Image et du Son (ISIS-SE) et de la Direction générale du cinéma et de l’audiovisuel (DGCA), en collaboration avec la Fédération nationale du cinéma et de l’audiovisuel (FNCA), ont organisé une séance de projection cinématographique le mercredi 12 février 2020 à Ouagadougou, au ciné Neerwaya. Objectif : Provoquer plus d’engouement dans les salles cinéma burkinabè.

La presenté séance a été le lieu pour le président de la mutuelle des travailleurs de la DGCA, Amadé Maïga d’appeler les acteurs en charge de la culture et du cinéma à donner l’exemple en fréquentant les salles de ciné avec leur famille. Cela, pour la promotion la promotion du cinéma burkinabè. Selon M. Maïga, le cinéma vit grâce aux cinéphiles qui permettent d’obtenir un regain d’intérêt afin d’éviter la fermeture progressive des salles. À l’en croire, la déserte des salles est due à une psychose liée à l’insécurité que connait le pays. Il a de ce fait exhorté la population à se passer des troubles sécuritaires qui ne font autre qu’apeurer les cœurs. M. Maïga a par ailleurs invité les burkinabè « à surpasser le coût des entrées et à fréquenter les salles car cela permettra au cinéma burkinabè d’être plus compétitif au plan international> ».


Le représentant du ministre en charge de la culture burkinabè, le conseiller technique dudit ministère, Dramane Konaté a pour sa part, loué cette initiative qui vient un temps soit peu répondre à l’urgence de la promotion du 7ème Art. De l’avis de M. Konaté, le cinéma doit faire “rêver la population burkinabè” ; chose qui lui permettra d’avoir plus de participation dans les salles de ciné. << malgré la guerre asymétrique que vit le Burkina Faso, nous ne devrons pas lâcher prise, le cinéma doit permettre d’exalter nos valeurs et notre éthique>>, à indiqué le représentant du Ministre de la culture des arts et du tourisme du Burkina Faso avant d’inviter les initiateurs à accroître la visibilité du cinéma burkinabè à travers une forte union de toutes les personnes qui voudraient apporter leurs pierres à l’édifice. Ce qui va réhabituer les cinéphiles aux salles de ciné.

Notons que cette soirée cinématographique a été l’occasion également pour le réalisateur burkinabè par ailleurs, ex étudiant de l’ISIS-SE, Abdoul Aziz Nikiema de présenter son film intitulé ” une vie de rêve”. Pour le cinéaste, ce film qui évoque entre autres les questions <<de chômages des jeunes ; l’amour, la passion ; le harcèlement sexuel >>, a pour objectif d’encourager les jeunes à vendre le rêve. M.Nikiema s’est réjoui de cette initiative du ministère en charge de la culture car cela permettra d’intégrer dans la culture des burkinabè, la fréquentation des salles de cinéma.

Aboubacar Dipama

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 − 18 =