dim 14 avril 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

FESPACO 2019 : Le Camerounais Jean-Pierre Dikongué Pipa a désormais sa statue à la Place des cinéastes.

Les acteurs du cinéma ont rendu hommage, ce dimanche 24 février 2019 à leurs collègues disparus à travers la traditionnelle cérémonie de libation. C’était à la Place des cinéastes en présence des maires de la ville de Ouagadougou et de Douala au Cameroun. Au cours de cette cérémonie, la statue de Jean-Pierre Dikongué Pipa, l’Etalon d’or de Yennega 1976, a été dévoilée au public.

Comme cela est de coutume à chaque édition du FESPACO, les acteurs du cinéma ont rendu hommage à leurs camarades disparus, ce dimanche 24 février 2019 à la Place des cinéastes. La cérémonie d’hommage a été marquée par quatre actes forts à savoir la scène d’hommage au maestro, Idrissa Ouédraogo et Missa Hébié, les mots du doyen du cinéma, Dimitri Bassolé, la cérémonie de libation proprement dite et le dévoilement de la statue de Dikongué Pipa.

Comme le dit un adage, un artiste ne meurt jamais. Et cela a été confirmé ce matin quand les héritiers des deux grands réalisateurs Burkinabè, Idrissa Ouédraogo et Missa Hébié ont décidé de reprendre quelques scènes de tournage de leurs mentors pour leurs rendre hommage en marge de cette 26e édition du FESPACO. Monté sous forme de sketch, ce court spectacle a été l’occasion pour les acteurs du cinéma burkinabè de se remémorer de quelques scènes marquants de leurs devanciers. Cette cérémonie a été suivie par l’intervention du doyen du cinéma burkinabè, Dimitri Bassolé qui a tenu à rappeler les œuvres de ces illustres réalisateurs qui ont fait rayonner le cinéma burkinabè à l’étranger. Après ce bref discours, place fut faite à la cérémonie de libation proprement dite au cours de laquelle le public a fait trois tours du monument des cinéastes en guise d’hommage à tous les cinéastes africains disparus.

La cérémonie d’hommage aux disparus du cinéma africain s’est close par le dévoilement de la statue du réalisateur camerounais, Dikongué Pipa qui a remporté l’Etalon d’or de Yennega en 1976 avec son film Muna Moto. Pour l’artiste, c’est la reconnaissance de plusieurs années de dur labeur et une invite à redoubler d’effort. A travers ce monument, les villes de Ouagadougou et de Douala entendent raffermir leur relation de coopération notamment le volet culturel. Pour le Maire de Ouagadougou, Armand Béouindé et celui de Douala, Dr Fritz N’toné N’toné, ce monument marque une nouvelle étape de la coopération entre ces deux villes.

 

Yssoufou SAGNON

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

« Vacances musicales » 2023: clap de fin sur fond de satisfaction du promoteur

Après près d'un mois d'initiation aux instruments traditionnels et...

MUSIQUE : Ethi Pitinga signe son tout premier contrat professionnel

C’est dans le pays de la lagune ébrié, que...

SPECTACLE: l’artiste reggaeman « Brakiss », tient son concert

Le musicien Diarra Boureima, virtuose de la musique reggae,...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page