dim 23 juin 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Gaoua: La 5e édition du Festival des Arts du Sud-Ouest (FASO) ferme ses portes

La cinquième édition du Festival des Arts du Sud-Ouest (FASO) a connu son apothéose à la Place de la Nation de Gaoua, le samedi 4 novembre 2023,. La prestation de plusieurs artistes burkinabè dont celle de Dez Altino a marqué ladite clôture.

Le peuple dagara, lobi et birifor, groupes ethniques majoritaires au Sud-Ouest du Burkina Faso, ont répondu présent au Festival des Arts du Sud-Ouest (FASO), l’événement culturel le plus emblématique de la région dans cette partie du pays des « Hommes intègres ». « Regardez comment la population est contente ! Regardez comment on rentre à quelle heure à la maison ! Regardez comment les places étaient insuffisantes dans les hôtels de Gaoua ! La population avait besoin de ce festival, elle avait soif de ça. La culture, c’est le socle et inévitable pour le développement du Burkina Faso », a décrit l’engouement autour du FASO, le promoteur Romuald Pascal Poda alias « Petit Jésus ».

Il a continué: « Je remercie notre partenaire la Banque commerciale du Burkina(BCB) pour son soutien. Je salue aussi le soutien du président de la Transition, le président Ibrahim Traoré qui n’a ménagé aucun effort pour donner le prix de l’art oratoire », a-t-il remercié.

Il a déclaré qu’ils n’ont pas eu moins de quarante millions mobilisés pour organiser le FASO. A l’en croire, il dit le faire, pas parce qu’il a l’argent mais pour le bonheur de la population de Gaoua.

Selon lui, cet engagement culturel, c’est pour montrer que les peuples de la région du Sud-Ouest sont avant tout riches et que d’autres cultures viennent ici pour faire le brassage culturel.

Il lance un message également au monde entier que la réalisation de ce festival aujourd’hui est une preuve que le pays est résilient et que précisément le Sud-Ouest est en sécurité.

Une organisation de grande ampleur qui a été observée à cette nouvelle édition. Et celle-là est l’œuvre du président du comité d’organisation, L’abbé Hien M. Ferdinand et son équipe. « Nous sommes très satisfaits dans l’ensemble des activités du FASO 2023. A la clôture, le constat a été que les places prévues ont été insuffisantes. Les 26 stands ont également été insuffisants pour les exposants. Nous avons senti les deux derniers jours une affluence étonnante. Du point de vue de mobilisation, le pari a été gagné. C’est également une dizaine à une vingtaine d’artistes qui ont presté chaque jour en passant par plusieurs spectacles de danse et d’humour », a-t-il précisé.

Durant les cinq jours, plusieurs artistes ivoiriens, du terroir et des ténors de la musique burkinabè ont presté en live ou playback sur le podium d’Afrique événementiel devant des dizaines de centaines de festivaliers à travers un show dans les Soirées. Parmi eux, le prince national, Dez Altino qui a clôturé cette cinquième édition du Faso. « Je dis merci à mes fans qui sont ici et le promoteur du festival. Dans les moments de joie et de pleurs, la musique a sa place. C’est très important de savoir que nous pouvons organiser malgré la situation du pays des évènements culturels. Hier, j’étais à Ouahigouya et à Gaoua aujourd’hui, c’est une forme de résilience aussi », a laissé entendre le prince.

Des innovations ont été apportées à cette nouvelle édition. Parmi lesquelles, la sécurisation des tickets de passe à l’entrée du site. « Je peux dire qu’il y a beaucoup de tickets qui ont été utilisés au festival et ce soir se détermine par l’affluence à l’entrée », a confirmé le coordinateur adjoint, de vibes Tekre, Dabiré Pascal. Vibes Tekre est une application capable de vérifier l’authenticité des tickets.

La clôture a connu la compétition d’art oratoire en langue Birifor, Lobi et Dagara où les meilleurs ont été primés. La remise des prix de tir à l’arc a été également effective à ladite clôture.

Elle a connu également la participation de l’ancien ministre de l’Economie, Dr Sèglaro Abel Somé et plusieurs peuples Dagara, Birifor et Lobi venus de Dano, Diebougou, Batié,Bobo et Ouagadougou. « Dans l’ensemble, j’ai aimé les activités du FASO 2023. On a beaucoup pris du plaisir à suivre les artistes sur la scène », s’est réjouie, Christelle Somé, festivalière.

Modou Traoré (collaborateur)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

Promotion culturelle: Les masques à l’honneur à travers une exposition permanente

Le musée national du Burkina a accueilli, ce vendredi...

Festival international du pétanque: l’édition 2 s’annonce sous le signe de la solidarité

Le comité d'organisation du festival international du pétanque de...

ZAGTOULI : des rites initiées pour la paix au Burkina

À Zagtouli, un quartier de la commune de Ouagadougou,...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page