Actualités BBDA Société

Gestion du Fonds de promotion culturelle: le BBDA initie 48 heures d’échanges pour pallier les insuffisances

Le Directeur général du Bureau burkinabè du droit d’auteur (BBDA) Wahabou BARA a ouvert ce mercredi 17 février 2021, les états généraux du Fonds de promotion culturelle. Durant deux jours, les échanges tourneront autour des insuffisances liées à la gestion de ce fonds afin de dégager des perspectives pour mieux le dynamiser.

“Le Fonds de promotion culturelle (FPC) dans sa phase actuelle contribue plus ou moins à accompagner la politique de promotion culturelle du Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme. Cependant, elle présente des insuffisances dans son processus de gestion, notamment la question de sélection des dossiers, le montant alloué par filière, les critères de méritocratie des dossiers”. C’est en ces termes que le premier responsable du BBDA, Wahabou BARA, a situé la quintessence de cette rencontre d’échanges qui se déroule dans la salle de réunion dudit organisme de gestion collective. Membres du Conseil d’administration, de l’Assemblée générale, ainsi que les membres du comité de gestion du Fonds de promotion culturelle, ce sont là les différents participants à cette activité.

Durant 48 heures, les échanges porteront sur des problématiques telles que la crédibilité du comité de Gestion du FPC, le faible taux des bénéficiaires des autres localités hormis Ouaga et Bobo-dioulasso, le manque de suivi dans la promotion culturelle, le non respect des clauses de contrat, l’inexistence d’une source extérieure de financement du fonds, la faiblesse de l’offre financière par rapport à la demande, etc. À en croire au Directeur général du BBDA, l’objectif de ces échanges est de parvenir à des conclusions pouvant redynamiser ledit fonds avant le prochain appel à projets prévu pour début mars.

Pour l’occasion, il a souhaité que les uns et les autres puissent échanger dans une démarche participative et inclusive sur le mécanisme de fonctionnement du FPC. D’ailleurs, il a fait savoir qu’après un diagnostic, il faut des propositions de solutions qui peuvent être réalisables. L’objectif selon lui, est que ces solutions puissent être prises en compte avant le prochain appel à projets. Pour sa part, l’artiste-musicien Océan, par ailleurs membre de l’Assemblée générale a laissé entendre que le véritable problème réside au niveau de la communication. “Si le BBDA prends soin de mieux expliquer les différents contours du fonctionnement du Fonds de promotion culturelle, je pense que celà pourrait aider à convaincre certains plaignants”, a-t-il précisé.

Pour les différents participants, la tenue d’une tenue rencontre reste importante pour renouer avec la confiance. C’est d’ailleurs le cas du professeur de théâtre certifié, et par la même occasion Directeur de l’espace le Théatre soleil, Thierry OUÉDA, qui a signifié en ces termes. “L’initiative est louable du point de vue objectifs et mission du FPC. Et si nous parvenons à nous entendre sur le bien-fondé même de ce fonds, nous pourrons dégager des critères qui aideront les artistes. Ce-ci étant, faire le bilan est nécessaire pour savoir quelles démarches adoptées pour le bien-être des artistes. Cependant les difficultés majeures résident au niveau de l’incompréhension des critères, des personnes soutenues et l’objectif même de ces soutiens”.

 

Boukari OUÉDRAOGO

Parfait Fabrice SAWADOGO 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
2 + 11 =