HUMOUR : Mister 100% déballe tout sur l’« Insécurité conjugale » le 28 Mai prochain au CENASA

 HUMOUR : Mister 100% déballe tout sur l’« Insécurité conjugale » le 28 Mai prochain au CENASA

Connu sous son nom de scène Mr 100%, Éric Gaégo est un humoriste burkinabè qui essaie tant bien que mal de se hisser parmi les grosses têtes de l’humour au Burkina Faso. D’ailleurs, il est en plein préparatifs de son spectacle One man show « Insécurité conjugale », prévu se tenir le 28 Mai prochain du côté du CENASA. Dans un entretien qu’il nous a accordée, l’humoriste nous fait découvrir un pan de ses débuts, tout en donnant des détails sur son spectacle à venir.

Infos Culture du Faso (ICF): Vous êtes humoriste de profession, dites-nous comment tout cela est arrivé ?
Mr 100%: D’abord, il faut dire que je suis enseignant et comédien de théâtre. Mais je me suis intéressé à l’humour à partir de 2010. En réalité, j’ai participé à un concours ”Jeunes talent d’humour” où je suis sorti lauréat. La même année, Moussa petit sergent et moi avions participé au Festival international du rire et de et de l’humour de Ouagadougou (FIRHO) pour représenter le Burkina. C’est à partir de là que ma carrière d’humoriste a véritablement commencé.

(ICF): D’où vient votre nom de scène ?
Mr 100% : Mon nom de scène vient d’abord d’un constat. Il faut dire qu’avant, je pensais pas à un personnage. j’ai remarqué lors de mes spectacles que le personnage de l’enseignant intervient à tout moment. C’est lors d’un travail avec les aînés du groupe Gombo.com en 2016 qu’ils m’ont conseillé de prendre le nom Mister. Ensuite, 100% ou Mister 100% incarne certains professeurs de l’université. Ils font des devoirs pour les étudiants et ils se retrouvent avec 3 ou 4 personnes seulement qui ont eu la moyenne. Je me demande si ce sont les étudiants qui n’ont pas le niveau ou le professeurs. C’est cette confusion qui est la motivation au nom du personnage Mister 100%. Il y a aussi cette histoire qui concourt au personnage Mister100%. En effet, je suis aussi enseignant de formation et affecté dans un village où j’ai pris des élèves de CP1 et aucun n’est passé en classe supérieure. Ils ont fait 100% dans d’échec. C’est-à-dire au sens contraire.

ICF: Le métier d’humoriste était-il un rêve pour vous?
Mr 100%: Il faut dire que le cinéma me tentait depuis tout petit. je faisais du théâtre à l’église quand j’avais à peine 6 ans. Mais pour dire vrai, je ne savais pas qu’on pouvait faire carrière en humour. C’est plus tard que la passion de l’humour est venue et a finalement pris le dessus

ICF: Un souvenir de Mister 100% ?
Mr 100%: C’est à l’occasion de notre trajet Ouaga, Bamako, Dakar que quelque chose a retenu mon attention. J’étais avec Moussa Petit Sergent. Quand nous sommes arrivés à la frontière du Burkina, un gendarme laisse passer tout le monde sauf Moussa et moi. On ne savait pas exactement ce que Monsieur l’agent nous reprochait. Et il nous dit ce-ci: « vous deux, je vous connais », pendant que nous étions dans l’angoisse totale.

ICF: « Insécurité conjugale », c’est l’intitulé de votre spectacle prévu pour le samedi 28 Mai prochain, parlez-nous en.
Mr 100%: Nous allons parler de l’insécurité conjugale dans les familles mais aussi l’insécurité en générale. Nous sommes en préparation avec le metteur en scène Ousmane Bamogo, membre du groupe Gombo.com.

ICF: Y a-t-il des sponsors ou des soutiens qui se sont signalés pour l’occasion ?
Mr 100%: Oui, il y a certaines structures et personnes physiques qui ont décidé de nous accompagner. Je profite de l’occasion pour témoigner ma gratitude pour cet acte fructueux.

ICF: Quelles difficultés rencontrez-vous lors des préparatifs de ce One man show ?
Mr 100%: Il y a d’énormes difficultés. Le faible accompagnement du ministère en un autres. Vous savez, organiser un spectacle d’humour n’est pas une chose aisée. Ça nécessite une grande mobilisation financière.

ICF: Un mot pour convaincre les derniers indécis à venir voir ce spectacle ?
Mr 100%: Je leur dirait tout simplement de venir sans hésitation ! De nous faire confiance parce que nous avons préparé de la qualité pour eux. Nous avons traité des thèmes qui touchent tout le monde; Marié, célibataire, adultes, enfants, tous auront leur part de satisfaction dans ce spectacle. Ensemble, nous allons rire, nous allons avoir des solutions.

ICF: Une doléance pour l’autorité burkinabè ?
Mr 100%: Je souhaiterais que les autorités, particulièrement à celles en charge des questions culturelles de nous donner des opportunités de prestations dans les évènements ! Qu’elles nous intègrent dans les évènements car un spectacle d’humour se prépare pas en un mois, ça va au delà d’un an. Alors, s’il faut attendre tout ce temps, ça rend le métier compliqué. On aimerait aussi participer aux événements tout comme les artistes musiciens.

ICF: Nous sommes à la fin de notre entretien, quel est votre mot de fin ?
Mr 100%: Mon mot de fin s’articulera surtout aux remerciements. Mais au risque d’en oublier certain, je me garde de les citer. Qu’à cela ne tienne, je tiens à adresser ma gratitude à tous ceux de près ou de loin, qui nous accompagnent dans la réalisation de ce projet de spectacle. A mes amis, collègues, la presse et bien d’autres personnes, merci infiniment.

Modou TRAORÉ (Stagiaire)

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
7 − 5 =