jeu 25 juillet 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Industrie musicale: l’artiste Feenose inaugure « Kayiri Record », son label de production

Plus connue sous le pseudonyme Feenose, Kayiri Sylvie TOE est une artiste-chanteuse burkinabè, résidant en Allemagne. En séjour actuellement au Burkina Faso, elle a bien voulu nous accorder une interview ce vendredi 28 janvier 2022 du côté de notre rédaction. L’entretien s’est essentiellement porté sur son parcours ainsi que les raisons de sa présence actuelle dans son pays.

Avec la quarantaine fraichement sonnée, Kayiri Sylvie TOE Alias Feenose puisque c’est elle qu’il s’agit, est une vedette de la musique burkinabè résidant en Allemagne. Elle dispose à son actif de trois albums sortis respectivement en 2007, 2013 et 2015 et également des compilations. Avec une carrière qui couvre plus de vingt ans, l’artiste confie faire son entrée dans la musique depuis le lycée à travers les animations de soirées culturelles, ou elle dansait du Hip Hop et l’écriture quant à elle, c’est depuis la classe de CM2 par la rédaction des poèmes. Et c’est à l’âge de 13 à 14 ans qu’elle a commencé à mettre de la musique sur ses poèmes. En plus de cela, elle faisait aussi de l’interprétation des artistes internationaux comme Céline Dion, R. Kelly et bien d’autres. Elle poursuit que c’est à partir de là qu’elle est allée en studio chez DA’ Es à la patte d’oie pour faire ces premiers enregistrements. Concrètement, elle a validé sa première sortie musicale avec le premier album ‘’épitaphe’’ du doyen Smockey, sorti en 2001 sur le titre ‘’les moutons’’.

Feenose entame l’année 2022 avec deux manifestations simultanées, tenues le 15 janvier 2022: d’abord le lancement officiel de sa structure d’évènementiel et de production « Kayiri Record », et le lancement officiel de son nouveau maxi composé de trois titres. Pour l’artiste, c’était une soirée qui regroupait beaucoup de choses qui représentaient l’esprit qui est injecté dans ‘’Kayiri Record’’ dont le volet concert live et aussi le côté défilé de mode dont l’art vestimentaire qui, pour sa part le vêtement va de pair avec la musique, poursuit-elle l’artiste, a parfois cette folie de se vêtir de manière singulière, originale dont une expression de l’art qui fait partie de l’être humain. C’est ce qui justifie cette friction de la mode vestimentaire qui a été représentée par le style pour cette première édition, a-t-elle indiqué.

Pour cette réalisation du 15 janvier, l’artiste avoue sa satisfaction en ces termes : ‘’je suis contente de voir que ce que je me suis imaginé dans la tête a pu prendre vit et que le public qui était présent a pu adorer’’. Feenose soutient que les motivations qui ont abouti à la création de sa structure d’évènementiel et de production ‘’Kayiri Record‘’ sont venues dû au fait qu’elle a toujours été en auto production; car elle ne voulait pas se voir imposer des choses dans ce qu’elle fait, dans son l’écriture, etc.

« Si on a un producteur qui n’est pas du même esprit que l’artiste, le producteur est la personne qui injecte son argent et il peut imposer un style, donner une autre manière et moi je ne pouvais pas faire avec ça. En plus de cela, il y a le côté qui n’est pas saint ou en tant que femme, on est beaucoup plus exposé en parlant des propositions indécentes et pour moi c’était comme une sorte de prostitution d’accepter aller avec quelqu’un pour qu’en retour la personne investisse sur ce que tu fais ou qu’on t’accorde un concert ou ceci et cela. En vérité, je ne voulais pas faire avec. C’est en ce sens que je me suis dite même si le prix à payer pour ça c’est être moins connue, c’est ralentir dans ce qu’on fait mais au moins j’aurai cette fierté de tout ce que j’ai fait car ça sera fait avec le cœur et à la sueur de mon front. On a tous un objectif donné et moi mon objectif n’est pas d’être une star, d’être reconnue partout dans la rue le (bling bling). Tout ça ce n’est pas mon genre; ce qui fait que ça me facilite la tâche. C’est tout ça qui m’a poussé à créer ma propre structure pour labelliser tout ce que je fais en autoproduction et aussi pour venir en aide tout doucement à d’autres personnes », a-t-elle expliqué.

Quant à son amour pour la musique, elle poursuit en ces mots. ‘’La musique, c’est avant tout de la thérapie, je me soigne avec ça, je me guéris avec ça, je traduis et je transporte des messages avec moi. C’est pourquoi parfois mes textes parlent de ma personne, mes expériences ou de ce que je fais et vois dans l’actualité ». Feenose lors de cet entretien a émis un souhait à l’adresse des promoteurs en les invitant à accorder de l’importance aux artistes burkinabè, que ce soit ceux au niveau national que ceux de la diaspora, car pour elle, on a l’impression que les artistes de la diaspora sont laissés pour compte. De ses dires, c’est comme si on se disait qu’ils sont aisés vu qu’ils sont à l’extérieur. Et quand ils viennent, selon elle, l n’y a pas beaucoup de presses qui les accueillent. Ces artistes de la diaspora font parler du pays là où ils sont.

Pour ces jeunes qui manquent d’élan pour réaliser leur premier pas, Feenose propose ses conseils en les invitant à s’interroger sur certains points tels que Qu’est-ce que je veux faire ? Et qu’est-ce que je peux faire ? Ensuite quelles sont mes ambitions ? Est-ce que c’est une passion ? Donc c’est aller sur une base de la passion et non d’opportunisme et ensuite cultiver sa confiance en soi et aussi apprendre à s’aimer soi-même. Parlant de Kayiri record, elle a laissé entendre que plein de choses se préparent toujours pour le compte de 2022. Feenose a une association qui intervient dans l’humanitaire au Burkina dénommée ‘’SIMA’’. Cette association vise à venir en aide aux personnes victimes d’albinisme. A ce propos, l’association met chaque année à la disposition de ces peronnes, des crèmes contre le soleil, du matériel scolaire, des vêtements, etc… Elle intervient à Ouaga et dans le sourou.

Pour les vœux du nouvel an, Feenose a souhaité la sécurité, la paix, la santé et enfin le bonheur pour le Burkina ainsi que le reste du monde.

Interview réalisée par Souleymane FOFANA (stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

DÉDICACE : Sofiano avec maturité rebelote avec un 4e album

Sofiane Balzak Kanazoé, connu sous son nom de scène...

Danse Kalma : MC Stéphane sort une œuvre musicale chorégraphique

« La reconquête de Koumbli » est la nouvelle galette musicale...

Nécrologie : KINDISS, le « Roi du Binon » s’en est allé

C’est avec tristesse que nous avons appris le décès...

MUSIQUE : « Burkina Côte d’Ivoire », c’est le nouveau feat de Lil KYLE et Marko

Burkina Côte d'Ivoire c'est la nouvelle collaboration de Lil...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page