INTERVIEW: Elty, l’émergence d’un tout autre calibre de la musique burkinabè

 INTERVIEW: Elty, l’émergence d’un tout autre calibre de la musique burkinabè

Artiste-chanteur, auteur-compositeur, le talent de Elty ne souffre de l’ombre d’aucun doute. De sa chanson phare « Doudouni » en passant par son tout denier EP intitulé « Un seul homme », l’artiste ne cesse de faire l’unanimité auprès des mélomanes. Son ambition, se construire une carrière remarquable de sorte à faire de son nom un véritable empire musical. D’ailleurs, il s’est exprimé à cœur joie tout en revenant sur ses débuts, lors d’une interview qu’il nous a accordée.

Lionel Tankoano de son vrai nom, Elty est un jeune artiste-chanteur et auteur-compositeur burkinabè, et par ailleurs étudiant en mines et carrières. En effet, il est piqué par le virus de la musique alors qu’il était encore lycéen. Après l’obtention de son baccalauréat en 2018, il décide de faire carrière dans cette passion qu’il tire de son géniteur alors grand fan de Koffi Olomidé.. De l’avis de Elty, le déclic est véritablement venu après avoir pris part à une compétition de Rap en 2012 à Bobo-Dioulasso où il y était pour passer des vacances. Compétition d’ailleurs qui l’a vu terminer 2e lauréat.

“Cette compétition était ma première scène et cela a dû réveiller la passion qui sommeillait déjà en moi, même si ma volonté en ce moment était de devenir footballeur professionnel”, a-t-il soutenu. S’en suivent donc des sorties de singles sans véritable succès comme « Karpala », « Pas à pas » ou encore « Officialisé ». L’étoile du jeune Elty s’allumera lorsqu’il sort officiellement en avril dernier « Doudouni », une chanson faite en collaboration avec la jeune « Tiktokeuse » burkinabè du nom de Rose bonbon. La chanson est alors un succès et parvient même à être la chanson burkinabè la plus « tiktoké ».

Et comme pour confirmer son énorme talent, le « mr love » burkinabè lance le 9 août dernier, un EP (Extended Play) de quatre (4) titres intitulé « Un seul homme ». La marque déposée de l’artiste dans cet opus comme dans ces précédentes chansons, la thématique de l’amour. « Ya rounda », « Baby wa », « On a eu pain » et l’intro de l’EP, sont entre autres les chansons qui composent cette œuvre discographique. “C’est important pour moi que quand on prononcera mon nom dans quelques années, qu’on ait une image de moi. Cela dit, il est difficile de percer dans la musique sans une véritable identité. C’est ce qui explique mon choix d’aborder le thème de l’amour dans mes œuvres, mais dans un style Afrop pop et RnB”, a-t-il confié.

Cependant, l’ambition du tout nouveau prodige de la musique burkinabè, est de se faire une carrière digne de son talent, de sorte à bâtir derrière ce nom, un véritable empire musical. Pour autant, il ne cache pas que cela demande un bon plan de travail, un bon plan de communication, en un mot une stratégie claire. D’ailleurs, il soutient être confiant en ce sens qu’il a une maison de production qui parle en terme d’années, avec des objectifs bien précis. Mais l’urgence actuellement est de travailler à accroître son encrage national, avant de conquérir l’international, foi de quoi la promotion de l’EP est toujours en cours. De l’avis donc de Elty, il a déjà joué au Festival Raabiga, le Festival des talents, et le 25 septembre prochain, il sera du côté de Festival Garba. Par ailleurs, il compte gratifier ses fans d’un clip avant fin 2022.

Elty, c’est aussi la composition. Il a d’ailleurs composé des chansons pour de nombreux artistes parmi lesquels, Miss Tanya, Yungkrate et Kayawoto, et même Lady Shine, vainqueur de l’édition 2021 de The Voice Afrique. “La composition, c’est aussi une possibilité de reconversion après ma carrière. Je ne me vois pas entrain de chanter jusqu’à l’âge de 40-50 ans. Le moment venu, il faut savoir passer à autre chose, trouver surtout le moyen de rester dans la musique. Et ce que j’aime, c’est l’écriture, donc la composition des chansons”, nous a-t-il confié, avant d’ajouter qu’il entretient de bonnes relations avec les autres artistes, surtout ceux de la nouvelle génération.

Interview réalisée par Boukari OUÉDRAOGO

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
8 × 16 =