Actualités Mode Stylistes

Interview : « La mode au Burkina se porte à merveille » selon Zek Styl.

Le révolutionnaire des costumes en pagne Faso Danfani, BELEM Zakaria dit Zek Styl a accordé une interview à INFOS CULTURE DU FASO ce mardi 10 juillet 2018 à Ouagadougou.  Au cours de cet entretien, l’habilleur des grandes stars de la musique et de toute une génération de burkinabè nous a dévoilé les contours du stylisme burkinabè. Le styliste ZEK STYL puisque c’est de lui qu’il s’agit a bien voulu répondre à nos questions. Peu connu, il fait pourtant partie des grandes pointures du stylisme au Burkina Faso. A partir de 2006 où il a été distingué meilleur styliste, il connait une riche carrière avec plusieurs autres distinctions comme Ambassadeur de la mode. Sans oublier les prix reçus au FAMA, au PCA ainsi que dans d’autres pays du monde.  Lisez plutôt !

 

Infos Culture du Faso : Veuillez vous présenter à nos lecteurs?

ZEK STYL : Je suis BELEM Zakaria à l’Etat Civil, connu sous le nom de Zek Styl qui est le nom de ma structure. Je suis styliste- modéliste- créateur de mode.

Infos Culture du Faso : Comment êtes-vous arrivé à la mode?

ZEK STYL : C’est une longue histoire. Je suis né à Abidjan où j’ai fait mes études primaires et secondaires. A un moment donné vers les années 1990, je ne voulais plus aller à l’école. Et le vieux ne voulant pas qu’on reste sans rien faire, m’a conduit sans même demander mon avis, dans un atelier de couture et tout est parti de là. Je crois que c’était ma voie. Au début ça n’a pas été facile mais aujourd’hui ça va.

Infos Culture du Faso : Présentez brièvement votre parcours ?

ZEK STYL : J’ai fait plus de quatre années d’apprentissage au niveau de la Côte-d’Ivoire. Je me suis retrouvé au Burkina entre 97 et 98.  C’est en ce moment que j’ai fait la connaissance de plusieurs amis ici dans le milieu du show-biz. Notamment Gérard Koala, Commandant Papus, Dja presse et autres. Nous sommes de très bons amis et nous entretenons de bonnes relations jusqu’à ce jour. J’estime que ce sont eux qui m’ont permis aujourd’hui d’être à ce niveau parce que, comme on le dit,  le show-biz rime avec la mode. J’ai commencé petit à petit. Je me suis installé au début des années 2000 mais avant cela j’ai quand même bossé dans des ateliers avec des patrons. Avec l’avènement du rap en son temps, j’habillais tous ceux qui étaient au haut niveau dans le mouvement. C’est à partir de ce moment que ma carrière de styliste a vraiment décollé.

Infos Culture du Faso : Quels sont les types de tissus que vous utilisez ?

ZEK STYL : Je travaille beaucoup avec les matériaux africains. Au début c’était les pagnes, le Jean. En 2009 alors que Mahamoudou Ouédraogo était le ministre de la culture, nous avons commencé à lancer les pagnes Faso Danfany. Mon premier défilé de mode en costumes Faso Danfani a été en 2009. Si aujourd’hui vous voyez  plein de personnes s’habiller en costumes Faso Danfani ce n’est pas pour rien. C’est un combat que nous avons commencé à mener depuis 2009. À présent on estime qu’on a gagné.

Infos Culture du Faso : Quelles autres actions concrètes attendez-vous de l’Etat, pour une meilleure mise en valeur de ce pagne?

ZEK STYL : Beaucoup, parce que le Danfani n’est pas une histoire du gouvernement mais du peuple burkinabè. Quand nous avons commencé à valoriser ce tissu, on avait d’abord pensé aux femmes. Disons à nos mères qui tissent car dernière chacune se trouve des enfants qui vont à l’école. Nous sommes partis de ce constat  pour réaliser que si ce pagne a de la valeur et aimé par tout le peuple et hors du pays, ce sont ces femmes qui gagent. C’est donc le pays tout entier qui gagne parce que les enfants vont continuer d’aller à l’école. C’est le même cas avec tous les autres pagnes du terroir comme le Kôkô Dunda que nous devons valoriser.

Infos Culture du Faso : Comment se porte la mode au Burkina de manière générale ?

ZEK STYL : Très bien. On pourrait même dire qu’elle est à son paroxysme. Avant on n’avait  pas trop de défilés de mode et les stylistes ne sortaient pas beaucoup. Aujourd’hui pratiquement tous ceux qui sont à un certain niveau de la mode ne peuvent pas faire quelques mois sans sortir  hors du pays pour une prestation de défilé. Alors on peut dire que la mode au Burkina se porte à merveille.

Infos Culture du Faso : Qui sont vos références dans le domaine ?

ZEK STYL : C’est moi-même parce qu‘il ne faut pas chercher à ressembler à quelqu’un d’autre.  Il faut être soi-même. Toutefois mon patron m’a beaucoup influencé dans ma manière de travailler (…).

Infos Culture du Faso : Quelles sont les difficultés  que vous rencontrées dans ce domaine ?

ZEK STYL : Nous faisons face à d’énormes difficultés. On ne finit jamais d’apprendre. Mais tous ceux qui aspirent aller de l’avant ont toujours besoin de se former. La formation est très importante dans ce métier. L’une des difficultés est que, lorsque nous voulons faire venir des formateurs ici, c’est couteux à cause des prises en charges. Pourtant nous n’étions pas regroupés en association. Heureusement que nous avons mis tout récemment sur pied à Bobo notre réseau. Peut-être que ce réseau permettra de diminuer nos énormes difficultés  (…). Pour le bien des générations à venir nous devons ensemble combattre les habits de la chine et les friperies qui inondent nos marchés.

Infos Culture du Faso : Avez-vous d’autres occupations à part le stylisme ?

ZEK STYL : Pas vraiment une autre occupation mais plutôt une passion. Je suis un passionné de l’élevage. Donc j’ai une ferme que j’aime bien et j’y passe souvent du temps.

Infos Culture du Faso : En tant que doyen, quels conseils donneriez-vous aux jeunes ?

ZEK STYL : Le premier conseil à leur donner, c’est de leur demander d’avoir la tête sur les épaules et cultiver le respect des ainés. Nous avons  des jeunes frères qui sont pressés mais qui confondent parfois vitesse et précipitation. Qui veut aller loin ménage sa monture. Aujourd’hui nous rencontrons beaucoup de jeunes qui n’ont pas fini leurs formations. Qu’ils se forment bien car c’est la base. Quand on est bien formé, on n’a pas peur et malgré la situation on s’en sort (…). En plus je les invite à éviter de copier les créations des autres (…).

Infos Culture du Faso : Comment créer une collection?

ZEK STYL : Je ne prépare pas une collection. En réalité ce sont les tissus qui m’inspirent. C’est-à-dire que je créé en fonction du type et de la couleur des tissus à ma disposition.

Infos Culture du Faso : Votre dernier mot ?

ZEK STYL : Merci à vous pour cette interview. Je souhaite longue vie au journal INFOS CULTURE DU FASO et plein de bonnes choses à tous.

 

Parfait Fabrice SAWADOGO et Filasko Moussa KABORÉ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
4 − 3 =