Interview : « le slam est pour moi une manière de véhiculer des messages », dixit Majesty la parole, artiste-slameur

 Interview : « le slam est pour moi une manière de véhiculer des messages », dixit Majesty la parole, artiste-slameur

Djibrilou Dembélé, connu sous le nom scène Majesty la parole, est un jeune artiste-slameur dont le talent n’est plus à démontrer. Auteur d’une toute dernière œuvre discographique dont la sortie officielle est fixée au 25 Mars 2022, l’artiste a été reçu dans les colonnes de notre rédaction à Ouagadougou. Et c’est sans langue de bois qu’il a bien accepté de nous entretenir sur sa jeune carrière ainsi que cet opus baptisé « Ma musique ».

Infos Culture du Faso (ICF): Dites-nous comment vous êtes arrivé dans la musique

Majesty: Merci de m’avoir invité dans vos locaux. Il faut dire que ma passion pour la musique est née depuis que j’étais petit, quand je faisais l’école primaire. Chaque fois que je revenais de l’école, j’écoutais le reggae avec mon frère. Depuis cet instant, je suis tombé amoureux de la musique, surtout la musique reggae.

ICF: Qu’est-ce que le slam pour vous?

Majesty: Le slam pour moi, c’est juste un moyen d’expression, c’est un canal à travers lequel je m’exprime. En fait, je considère le slam comme de la parole.

ICF: Qu’est-ce qui vous a motivé à faire de la musique, plus particulièrement le slam?

Majesty: Au début, je voulais faire que du reggae. Mais par la suite, j’ai fait la découverte du slam en 2011. En 2012, j’ai participé à une compétition de slam où je suis sorti vainqueur et c’est d’ailleurs ce qui m’a plus encouragé à me lancer dans le slam. Une chose est de savoir également que le slam est très simple à pratiquer car nous n’avons pas besoin d’instruments pour le faire.

ICF: Parlez-nous de votre discographie.

Majesty: D’abord, en 2019 j’ai mis sur le marché discographique, un premier album de huit (8) titres intitulé « Djanto ». En plus de cet album, je suis également auteur de plusieurs singles (4 à 5). Actuellement, je suis entrain de préparer la sortie d’un second album intitulé « Ma musique ». C’est un opus de onze (11) titres dont la sortie est prévue pour le 25 Mars prochain. Jai décidé de baptiser cet album « ma musique » pour expliquer un peu aux gens ce que c’est que la musique en ce sens qu’elle a plusieurs fonctions à la fois. La fonction de distraction et d’éducation.

ICF: Quelles sont les thématiques abordées dans la plupart de vos œuvres ?

Majesty: Ceux qui me connaissent, aiment dire que je fais de la musique engagée. La vérité est que j’aime beaucoup aborder les thématiques qui posent problématique. En fait, j’aime dénoncer à travers la musique.

ICF: Quelles sont les difficultés auxquelles vous faites face?

Majesty: Comme dans la carrière de tout artiste, les difficultés n’en manquent pas. En fait, au Burkina Faso, il n’y a pas une industrie pour les artistes donc c’est compliqué pour nous de pouvoir faire la promotion de nos œuvres. Aussi, il faut assez d’argent pour faire la promotion. Il y’a également le manque de scènes pour les artistes. Malgré ces difficultés, il y’a une émergence de jeunes artistes; la musique évolue de jour en jour au Burkina, reste à accompagner et encourager ces jeunes talents.

ICF: Nous sommes au terme de notre entretien, quel est votre mot de fin?

Majesty: Mon mot de fin, c’est d’abord vous remercier de m’avoir donné l’occasion de m’exprimer. Je souhaite aussi que la paix revienne dans mon très cher pays le Burkina Faso, surtout que la sécurité revienne afin que la population puisse reprendre leurs activités et que nous puissions continuer à faire de la musique pour égayer nos fans.

Interview réalisée par Léticia G. Yameogo (stagiaire)

Parfait SAWADOGO

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 ⁄ 6 =