Actualités Entretien Musique

INTERVIEW : Will B Black parle de son avenir prometteur dans la musique.

TIONO B. Wilfried à l’état civil et comme nom d’artiste Will B Black est un artiste musicien burkinabé. Il a d’abord commencé dans la danse dès le bas âge et par la suite, il a trouvé qu’il avait un talent pour le chant. Il constate que les mélomanes aiment bien la plurie discipline alors il décide de faire beaucoup de style comme le rap, le R&B, le chant. Will B Black se confie à Infos Culture du Faso, il partage son parcours ainsi que les différents thèmes qu’il évoque dans ses chansons sans oublier les difficultés qu’il rencontre. Il nous permet également d’avoir l’exclusivité des titres de ces trois morceaux qui sont déjà prêt ( Mélanger , tond tenga et Doss) et remercie pour terminer les mélomanes et toutes ses personnes qui l’accompagnent. Il est aussi monteur dans le domaine du cinéma…Au dernier fespaco, il a monté un film« Maison de retraite» qui a remporter le deuxième prix des écoles et le premier prix des écoles au Togo.

ICF : Quelle a été votre parcours ?

WBB : J’ai commencé plutôt par la danse depuis petit, je dansais et j’ai toujours voulu faire un métier qui touche aux médias comme le journalisme ou le cinéma. Un certain moment, je dansais et je me suis laissé prendre par la mélodie. A une époque avec un groupe d’ami on chantait des hynmes pour les écoles qui s’intitulait un tour à l’amitié. Les gens appréciaient vraiment donc on s’est mis en groupe pour créer le groupe “Cool Team” et tout est parti de là.

ICF: Quel est votre style musical ?

WBB : Je touche à tout mais ma discipline c’est le rap. J’ai commencé à m’enregistrer avec mon ordinateur à l’aide d’un logiciel de musique donc, j’ai un peu toucher à tout. Quand j’étais dans mon groupe, je faisai le rap mais après la dislocation du groupe, je me suis dit qu’il fallait que je chante et c’est à parti de là je me suis lancer.

ICF : En 2014, vous avez fait sorti le concept musical kamado parlez nous-en?

WBB: C’était la période où le coupé décalé était à son essor et nous on faisait du Hip Hop, on pouvait dire que c’était un peu de l’afro tendance mais c’est plus maintenant qu’on parle d’afro tendance. Dans mon groupe “Cool Team”, il y avait un camerounais et un burkinabé. on voulait faire partir de ce mouvement alors le premier concept était Kamado qui veut dire si t’es cool amuse toi avec nous. On n’a sorti deux kamado le premier en 2013 et le second en 2014 et celui ci a été nominé au kundé de cette année la.

ICF: Quelle est le titre de votre premier single?

WBB : Le titre de mon premier single en tant que Will B Black a été “KENG TAORE”. Mais bien avant, j’avais fait des singles en travaillant seul et aussi avec Acee, on a fait sorti un remix de Sqelewu de Davido qui était On est où.

ICF: «Ca va les étonner » un morceau qui vous a révélé au grand public parlez nous-en?

WBB: Sur ce morceau,  je suis avec Malika. Elle m’a approché en me disant qu’elle a beaucoup aimée le son Kamado avec Cool Team et elle souhaiterais ma présence sur son album sur une chanson dansante. J’ai répondu favorable et nous avons commencé à travailler. Cela a été un challenge pour moi parcequ’ on me connaissait pas et déjà sur l’album, il y avait Smarty et Greg qui étaient bien connu et on devait travailler à satisfaire les fans.

ICF: Noir mélodie pourquoi ce titre pour le premier album ?

WBB: J’aime beaucoup les artistes burkinabés et j’avais remarqué que les titres des albums avaient des connotations « ya wend yinga »c’est Dieu qui donne et bien d’autre. Et je me suis poser la question à savoir pourquoi les gens ne se donnent pas la largesse de donner un titre qui reflète se qu’ils veulent donner. Dans ma musique, on peut trouver du rap, du r&b et de l’afro beat mais tous ça c’est de la musique africaine. Noir Mélodie parce que c’est la musique qui vient des noirs. Je tiens à ce que beaucoup de jeune soit fière d’être noir d’où mon surnom Will B Black. Dans mon album, je parle d’espoir, de la volonté pour avancer, je parle d’amour et aussi des faits de société.

ICF: L’Album Noir Mélodie est sorti en quelle année ?

WBB: L’album Noir Mélodie est sorti en 2017 le 10 février. Il comporte 14 titres avec pour parrain Alif Naaba.

ICF: Quelles sont les distinctions que vous avez reçue ?

WBB: Kunde de l’espoir 2017, Révélation aux victoires du hip hop 2017 et Ca va les étonner…avait été selon Observateur palga le meilleur tube de 2016….

ICF : Que représente l’album pour vous ?

WBB: L’album représente pour moi plusieurs années d’acharnement de combat quand tu te lances dans la musique surtout au Burkina Faso c’est pas évident. Notre show biz est embryonnaire c’est un peu de la chance. Je me suis battu et un jour il y’a des gens qui on voulu m’accompagner me donner la chance de m’exprimer. Je remercie toute les personnes qui m’ ont permi de sortir cet album.

ICF : Vous avez travailler avec Quelle label ?

WBB : Pour le premier album, j’ai travaillé avec DS-RECORDS qui a sa tête Donald SIMPORE.

ICF: Quelles sont les plus grande scène où vous avez prester ?

WBB: j’ai été au Sénégal pour un projet sur l’immigration clandestine où nous avons fait une semaine de travail une chanson clipée et un concert live. Les nuits atypiques de koudougou le Fespaco, ouaga hip hop et bien d’autre.

ICF : Quelles sont vos projets futurs ?

WBB : Il y’a eu un certains moments, j’entendais par ci par là que j’étais pas burkinabé que je ne vis pas au Burkina Faso. J’ai belle et bien grandi au Burkina Faso just que sui né en Côte d’Ivoire d’une mère ivoirienne mais mon père est burkinabé. Je suis sur de nouveau projet. Je suis entrain de réfléchir entre sortir un album et faire sortir des singles qui vont faire partir d’un album mais au jour d’aujourd’hui Jai déjà enregistrer trois morceaux qui sont fin prêt. Je vous donne l’exclusivité nous avons «Mélanger » qui parle de se qui se passe dans ce pays c’est une chanson râpé assez tribal qui évoque les problèmes que le pays vit en se moment. Il y’a aussi Tond Tenga qui parle de paix et pour la première fois Will B Black chante tout en mooré sur ce morceau. Il faut dire que Mélanger est plus engagé que Tond Tenga et le troisième est un concepte qui sappel « Doss» qui viendra aussi vous faire danser. Je travailles dans l’ombre pour que le travail soit meilleur que l’année passée d’ici fin 2019 un single sortira.

ICF: Quelles sont les difficultés que vous rencontrez ?

WBB: Le show biz n’est pas vraiment développé. Ici les gens dise show biz dès qu’il y’a un manager un producteur et pourtant le show biz est plus grand que ça. On a des personnes physiques ou morales qui existent qui font penser que dans l’avenir on pourra peut être avoir un show biz bien développer. Ici la plupart des artistes se cherchent ils se produisent eux mêmes. Pour les jeunes artistes comme moi c’est compliqué d’enregistrer un album ou un single et aussi faire la promotion.

ICF: Que pouvez vous dire de la jeunesse burkinabé ?

WBB: Juste leur dire d’avoir l’amour du travail il faut toujours faire quelque chose que tu aime et la évidemment tu auras l’amour du travail. La facilité ne donne pas un vrai résultat . On parle à la jeunesse mais je vais aussi demander au tonton au devancier de donner la place aux jeunes parcequ’il y’a plein plein de talents et ça me fait mal de voir déjà qu’avec les artistes qui sont là on n’arrive pas a les vendre ailleurs, il faudrait songer à tendre la main ne serais qu’à un seul talent par année. J’aimerais aussi dire à la jeunesse de croire en Dieu et beaucoup Prier pour la paix au Burkina Faso.

ICF : Un mot pour vos fan

WBB: Will BBlack est là, je ne vous ai pas abandonné, je suis au pays je me prépare pour sortir de nouvelles chansons. Je me suis fait absent ces derniers mois mais c’est pour mieux rebondire. Le public burkinabé est exigeant, il aime les bonnes choses donc il faut faire les bonnes choses.

ICF : Un mot pour clore

WBB : Merci pour l’interview merci d’être venu me rencontrer parce qu’ un artiste n’est rien sans la communication sans les médias. Je souhaite qu’on puisse tous grandir ensemble et qu’après se soit avec des artistes americains que vous faites des interviews longue vie à Infos Culture du Faso.

Rokiyatou SIMPORE (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 + 24 =