Journée mondiale du théâtre: le CB-IIT respecte la tradition à travers la tenue d’activités

 Journée mondiale du théâtre: le CB-IIT respecte la tradition à travers la tenue d’activités

A l’occasion de la Journée mondiale du théâtre, le Centre Burkinabè de l’Institut International du Théâtre (CB-IIT) a organisé une serie d’activités. C’était dans la soirée du 27 Mars 2022 du côté de l’Espace culturel Gambidi à Ouagadougou.

Comme tous les 27 Mars de l’année, le monde entier à travers l’Institut International du Théâtre (ITT), célèbre la Journée mondiale du théâtre. Et pour ce 60e anniversaire, le CB-IIT n’a pas dérogé à la règle. Il a, à cet effet, procédé à la tenue d’une série d’activités au sein des locaux de l’espace culturel Gambidi sis à Ouagadougou. Au nombre de ses activités, nous avons la lecture du message de la Journée mondiale du théâtre écrite par le metteur en scène de théâtre et d’opéra, l’Americain Peters sellars; une remise d’attestations de reconnaissance à des hommes de théâtre; et le spectacle de théâtre (L’ours) de metteur en scène burkinabè, Noël Minoungou.

Dr Hamadou Mandé, président du CB-IIT

En effet, la traditionnelle célébration de cette Journée vise à promouvoir la forme artistique à travers le monde, sensibiliser les gens à la valeur de l’art, permettre aux communautés du théâtre de promouvoir leur travail à grande échelle afin que les leaders d’opinion soient conscients de la valeur de cette forme et la soutiennent. A en croire le président du CB-IIT, Dr Hamadou Mandé, nous sommes dans un monde traversé par des vicissitudes que ce soit au Burkina Faso ou partout ailleurs. Et malgré tout, les artistes de façon générale et ceux du théâtre en particulier continuent de se battre afin que l’art puisse survivre.

“Cette période se veut un moment d’introspection, de réflexions profondes pour faire en sorte que notre art continue d’être utile; utile à nous même, utile à autrui, utile à tous. Alors au delà de l’aspect festif de cette Journée, il est important qu’ensemble, nous puissions réfléchir à un moment donné pour voir que quand le monde se trouve à la croisée des chemins, quels rôles devons-nous artistes jouer. Nous avons au niveau de l’ITT, décidé de faire une déclaration pour soutenir tous les artistes et tous les acteurs de la culture dans le monde entier qui sont entrain de se battre pour faire en sorte que la paix et la sécurité reviennent dans notre monde”, a-t-il expliqué. A ce propos, il a été procédé à cette soirée de célébration, à la lecture du présent message.

Aussi, à l’occasion de cette Journée, l’IIT a mis en ligne une quarantaine de vidéos de spectacles théâtraux, dont deux du Burkina Faso. A ce titre, Dr Mandé a tenu à saluer les acteurs du théâtre pour leur professionnalisme à toujours faire rayonner le théâtre burkinabè à l’international. Cela selon lui, témoigne de l’énorme boulot de ces derniers. Mais qu’à cela ne tienne, il a estimé que cet honneur ne doit pas signifier qu’il faille s’asseoir, c’est plutôt une invite à travailler davantage afin d’atteindre le sommet. A noter que dans le cadre de cette Journée, le CB-IIT a procédé à une remise d’attestations de reconnaissance à trois acteurs du théâtre pour leur professionnalisme, leurs actions quotidiennes, leur implication et surtout l’exemplarité de leurs actions en faisant en sorte que des segments spécifiques du théâtre puissent être renforcés au quotidien. Il s’agit notamment d’Alimata Nikiema, Hyacinthe Kabré et enfin Noël Minoungou.

Paul Zoungrana, président de la FENATHEB

Pour Paul Zoungrana, président de la Fédération nationale du théâtre burkinabè (FENATHEB), c’est toujours un plaisir de célébrer cette Journée en ce sens qu’elle reste une occasion pour les acteurs du théâtre de mener des réflexions sur les difficultés de ce métier, et surtout parler de professionlisation. “Notre pays traverse de grandes difficultés. Et un certain nombre d’artistes de six régions du pays n’arrivent plus à travailler, circuler, ni jouer leurs spectacles à cause de l’insécurité. Pour ce faire, nous avons voulu cette année, marquer cette Journée par la réflexion en invitant nos sections qui sont dans ces régions pour un séminaire de 48 heures. Il s’est agi de réfléchir en vue de proposer des solutions à notre ministère de tutelle pour qu’ensemble, nous arrivions à accompagner la lutte de l’État et à faire que nos artistes arrivent à vivre mieux de leur art. Et ce séminaire s’est soldé par un rapport que nous vous présentons aujourd’hui”, foi de Monsieur Zoungrana.

Noël Minoungou, metteur en scène de la pièce “L’ours”

La soirée s’est refermée par un spectacle, « L’ours », une adaptation et mise en scène de Noël Minoungou. “Ce spectacle a été adapté d’un texte du Russe Anton Tchekhov, qui date de plus de 100 ans et qui parle de la situation ou la question de la fidélité, la question du couple et tout. C’est en effet un sujet qui ne tarit jamais parce que tant que les hommes et femmes existeront, il y’aura toujours des histoires de couple. Mais il fallait l’adapter au contexte burkinabè, faire en sorte qu’il s’apparente à nos réalités”, foi de Monsieur Minoungou.

Boukari OUÉDRAOGO

Parfait SAWADOGO

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 − 2 =