Actualités Cinéma Nouvelles affiches

Kadhy Touré revient avec Interprète II : Un film plein d’émotions et de suspens.

La réalisatrice et actrice principale dans le film Interprète II a projeté la 1ère fois son film le samedi 20 avril 2019 à Ouagadougou.

L’amour, quand tu nous tiens. L’amour peut tout, l’amour triomphe à tout. Le film de Kadhy Touré projeté la 1ère fois au Ciné Burkina, ne dira pas le contraire. En effet, Interprète II qui est le 2ème film de la jeune réalisatrice Ivoirienne, film dans lequel elle interpréta le rôle principal en tant que Madame Naturelle Riviera, montre à tel point l’amour pardonne tout. Naturelle, avec l’aide d’un ami de son mari, vont essayer d’assassiner son époux qui aura heureusement la vie sauve grâce à son frère jumeau qu’il a pu appeler à temps qui vint mettre hors état de nuire l’agresseur.

Ce dernier, soupçonna sa belle-sœur de vouloir tuer son frère, se mit à enquêter et à la fin, se rendit compte que celui qui voulait ôter la vie de son frère, n’est autre que sa propre femme.

A la fin du film, les cinéphiles qui s’attendaient à l’arrestation de la criminelle par son mari, quelle ne fut leur grande surprise. Le mari au lieu de la faire emprisonner, décida de la pardonner et d’oublier tout ce qui s’était passé au grand étonnement de sa sorcière femme.

La leçon à tirer de ce film selon Kadhy, il n’ya pas de pire prison que cela. Cette prison qui est de type psychologique at-elle poursuivi, contribuera à la faire « craquer » puisqu’elle ne supportera plus à la longue le regard de son mari. Juste pour dire que dans la vie, la meilleure chose de punir une personne qui vous a fait du mal, ne consiste pas à lui remettre la monnaie, mais plutôt la laisser avec sa propre conscience a-t-elle expliqué.

Abdoul Bagué réalisateur, abondant dans le même sens que la réalisatrice, en trouvant très belle œuvre ce film, a affirmé que la conclusion était très belle et que bien que le mari ait subi le mal de la part de sa femme a accepté la pardonner, ce qui est très rare dans nos sociétés, a indiqué que la femme ne vivra jamais dans une prison, cependant dans une prison psychologique et c’est la leçon à tirer, a-t-il conclu.

Le film sera projeté au Ciné Burkina à 18h30, 20h30 et 22h30 et ce jusqu’en mi-mai et c’est un film à ne pas rater. Ce film, comme le 1er fera des « ravages » tant sur le plan national qu’international

Téné Bénédicte OUEDRAOGO

benedicteoued@gmail.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
12 − 9 =