ven 21 juin 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Kantala Traore: Spectacles ciblés

Abdoulaye Traoré dit Kantala s’est révélé sur la scène internationale en 2003, grâce au concours SIDA KATA. Depuis lors, ce Sénoufo discret dans les médias, bourlingue pourtant en Afrique et en Europe. Il a fait plusieurs collaborations avec nos artistes tels que Yelen, Victor Démé, Humanist, Au-delà de nos Différences…

L’auteur de « Tonton Cool  »  « Bako « , ou encore « dounouya » réside certes à Paris, mais la base de ses créations provient de son studio « Tafdjani » à Ouagadougou. Tout se fonde au Burkina et se perfectionne plus tard à Paris.

Sa musique est un savant mélange de blues et du madingue saupoudré d’afro jazz où la kora et ngoni sont au centre de ses compositions.

Depuis son dernier EP en 2014, chez NOLA Music baptisé  » Afrik « , Kantala continu à égrener les scènes françaises avec ces mélodies qui plaisent aux européens.

« Pendant que je monte sur des scènes, je peaufine également la sortie très bientôt de mon prochain album » m’a-t-il déclaré lors d’une rencontre dans une brasserie dans le 18e arrondissement de Paris.

Contrairement à ce qu’on pense à Ouagadougou, nos artistes, les férus du live, se mesurent dans des bars restaurants huppés de l’Hexagone. Les directeurs  artistiques ou les managers de ces lieux, cooptent rigoureusement des artistes en fonction de la qualité de leur œuvre qu’ils consultent sur Internet. Les artistes jouent dans ces cabarets et sont rémunérés conséquemment sous la base des contrats bien établis. « C’est ce qui nous fait vivre ici. À Ouaga, on peut taper un an, et ne jouer qu’un seul concert live, voire ne rien jouer. Pourtant ici, si tu sais bien jouer, tu peux faire  4 à 5 concerts par mois et être payé convenablement » renchérit l’auteur de « Lolo Blues « . Son prochain spectacle est annoncé ici à Paris le 22 juin prochain.

En attendant de voir un jour, nos artistes gravir des salles comme le Zénith ou l’Olympia, contentons-nous, pour le moment d’encourager ceux qui sont régulièrement sollicités dans des grands bars dancing parisiens. Peu sont également ceux qui arrivent aussi à jouer dans ces lieux-là.

Notre industrie musicale a encore du chemin à faire.

SOURCE: Hervé David Honla alias Le Chat !

Crédit photo: Kalyre Slam.

Infos Culture du Faso, votre plateforme culturelle par Excellence !!!

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

« Naam toga ne Waoogré » : Le tout nouveau clip de la sœur P. Anne Marie Kaboré

Fort de cinq minutes cinquante sept secondes (5'57), Sœur...

Concert « Résilience »: Le comité d’organisation prêt à 98%

Le concert « Résilience » de l’artiste musicien Reman,...

Pô: Le promoteur Damien Copia offre deux millions aux jeunes du Nahouri

Plus de dix mille visiteurs du festival des Retrouvailles...

Musique: « Saaga » de Dez Altino enflamme la toile

L’artiste musicien Dez Altino a dédicacé le jeudi 30...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page