Actualités Culture litterature

« Le Larlé Naaba contre la faim », un ouvrage en huit langues locales pour éradiquer la faim.

C’est au cours d’un atelier qui se tient du mardi 12 au jeudi 14 novembre 2019 à Ouagadougou que la traduction de l’ouvrage de « Le Larlé Naaba contre la faim », un ouvrage en huit langues locales pour éradiquer la faim sera validé. La cérémonie d’ouverture des travaux de traduction en huit langues a été lancée, ce mardi 12 novembre, par Maître Frédéric Pacéré TITINGA, par ailleurs parrain de l’activité.

« Le Larlé Naaba contre la faim », est un ouvrage qui renferme toute une philosophie fondamentale pour que dans dix ans, on ne parle plus de faim et de pauvreté au Burkina Faso, a souligné le Larlé Naaba, par ailleurs co-auteur avant de poursuivre qu’il est nécessaire de participer à l’expression réelle du vivre ensemble à travers cette traduction en huit langues locales. A écouter, l’auteur Awa TIENDREBEOGO, le livre comporte quatre grandes parties qui témoignent de l’action d’un homme engagé dans l’agriculture. A son avis, l’ouvrage révèle de nouvelles techniques culturales moins coûteuses pour le secteur agricole. Car, la conviction, a précisé le Larlé Naaba, s’inscrit dans la dynamique d’une ambition de sortir le Burkina de la faim dans dix ans. « C’est un outil de base pour une meilleure production, un outil pour produire bio pour la santé des populations», a –t-il fait savoir.

Pour ce faire, il a exhorté les participants à cet atelier à atteindre les objectifs escomptés. Car, l’essentiel est de produire un document qui soit accessible à tous. Et, pour Awa TIENDREBEOGO, c’est un compte rendu de ce que fait le Larlé Naaba dans le domaine agricole, et estime que le seul moyen de lutter contre la faim est d’investir dans ce domaine. Quant au parrain Me Pacéré TITINGA, il a encouragé cette initiative et surtout interpellé le Larlé Naaba pour la relève de la culture à travers une expression de sa défense. En félicitant l’équipe pour ces travaux, il a sollicité l’appui du gouvernement.

Sur ce, le ministre du Moogho Naaba a laissé entendre que cette œuvre commune soit à la hauteur des attentes dans la dynamique du vivre ensemble. Il a d’ailleurs salué la disponibilité des acteurs dans l’accompagnement pour l’aboutissement des travaux. Aussi, pour les auteurs, cet ouvrage se veut, par la présente traduction, une promotion du vivre ensemble. Enfin, « Le Larlé Naaba contre la faim » est une œuvre du Larlé Naaba Tigré co-écrite par Awa TIENDREBEOGO, professeur de Mooré à l’université Joseph Ki-Zerbo. Ledit document sera traduit en huit langues notamment le Bissa, le Dioula, le Fulfulde, le Gulmancema, le Kassem lyéllé, le Mooré et le San.

Achille ZIGANI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
21 − 20 =