Actualités Entretien Tourisme

« Le tourisme, s’il est organisé est une source de revenus pour la région », Jimoh Lateef Dada, directeur du bureau du tourisme dans la région des cascades

Infos Culture du Faso s’est entretenu avec Jimoh Lateef Dada, guide national du tourisme burkinabè et directeur du bureau du tourisme dans la région des cascades. Il parle, au cours de cet entretien, des sites touristiques de la région des cascades, des difficultés de promotion et de valorisation du patrimoine culturel et des perspectives pour une meilleure visibilité du tourisme dans la région.

La région des cascades regorge une immense potentialité touristique et culturelle. L’on dénombre des sites touristiques naturels et historiques. En effet, l’existence de nombre de sites est étroitement liée à l’histoire du peuplement de la région et à la conquête de l’Almamy Samory Touré. Au-delà des sites les plus connus et qui attirent plus de visiteurs ; la cascade de Karfiguéla, les pics de Sindou, les dômes de Fabédougou et les lacs aux hippopotames de Tingréla, la région enregistre dans la commune de Banfora, la place du paysan noir qui arbore fièrement la ville et rappelle l’histoire héroïque des braves agriculteurs de Banfora. En plus, la place du rônier s’accommode majestueusement avec la verdure de la nature et le relief de la région des cascades.

Par ailleurs, le site impressionnant du baobab sacré de Toumouséni, vieux de trois cents (300) ans, constitue une ressource touristique de ce village. Ce baobab et les douze (12) cavernes de Douna ont historiquement servi de refuge ou de repli au peuple turka pendant l’incursion du conquérant Samory Touré et pendant les guerres tribales des XVII et XVIIIe siècles. En plus, le village troglodyte de Niansogoni, perché sur des rochers montagneux de cinq cents (500) mètres attire la curiosité des visiteurs à l’image du mont Ténakourou (747m) et des termitières à perte de vue de Tierkora dans la commune de Niangoloko.

Cependant, regrette Jimoh Lateef Dada, le secteur du tourisme, étant peu organisé participe faiblement à l’économie et au développement de la région. La gestion informelle des sites touristiques ne facilite pas le contrôle et la gestion efficace des entrées et des devises devant être générées. Il est donc difficile de chiffrer de façon précise les visiteurs des différents sites touristiques. En sus, la faible fréquentation des sites touristiques par les nationaux, le manque de cadres de promotion et de valorisation, l’ignorance de l’importance de ces sites par les populations riveraines, le manque de cadres d’aménagement sont autant d’obstacles qui entravent la promotion et la visibilité du patrimoine touristique de la région des cascades.

En effet, dans plusieurs sites touristiques, il manque des espaces de rafraîchissement et de restauration. Le directeur du bureau du tourisme de la région des cascades dans une dynamique de promotion et de valorisation des sites touristiques a entrepris l’écriture des livres sur ces sites, l’organisation des expositions-photos au Burkina Faso et à l’international. Il organise aussi des sorties, participe aux évènements culturels en associant le milieu tourisme aux foires, aux salons et aux festivals afin de vendre l’image touristique de la région.

En plus, pour accélérer la visibilité des sites touristiques de la région des cascades, les autorités doivent s’imprégner du travail de promotion et de valorisation à travers des spots télévisés, l’organisation des journées de promotion au Burkina Faso et en Europe et l’utilisation des web médias afin d’améliorer la communication sur ces sites pour leur plus grande connaissance. Les populations riveraines doivent aussi s’impliquer et participer fortement à la gestion, à la promotion et à la valorisation de ces sites. Le tourisme s’il est organisé est une source de revenus pour la région même si l’insécurité et la maladie à corona virus ont impacté le secteur.

Demba Ka BARRY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
39 ⁄ 13 =