Les archives parlent : ou l’autre version de l’histoire coloniale.

 Les archives parlent : ou l’autre version de l’histoire coloniale.

Le Collectif des architectes du rire (CAR) a convié la population, ce jeudi 27 septembre 2018 au Carrefour International du Théâtre de Ouagadougou (CITO), pour assister à une séance de répétition de leur spectacle en préparation intitulé « Les archives parlent ». L’objectif de cette répétition devant le public était de recueillir son appréciation afin d’améliorer la qualité du travail. Ce fut une population visiblement satisfaite de la qualité du travail déjà abattu.

« Selon que l’on soit le chasseur ou le gibier, l’on ne racontera jamais l’histoire de la même manière », a-t-on coutume de le dire. Cette assertion, le Collectif des architectes du rire (CAR) l’a bien comprise en décidant d’interroger les archives pour reconstruire l’histoire coloniale de la Haute-Volta. La restitution de l’autre version, disons de la vraie version de notre histoire coloniale est faite à travers un spectacle intitulé « Les archives parlent ». Le public a eu droit à une répétition de ce spectacle en pleine préparation, ce jeudi 27 septembre 2018 au Carrefour International du Théâtre de Ouagadougou (CITO). L’objectif de cette répétition devant le public était de recueillir son appréciation afin d’améliorer la qualité du travail. Et le moins que l’on puisse dire c’est que c’est un public conquis par le travail déjà proposé même si quelques recommandations ont été faites au Collectif pour parfaire cette histoire coloniale.

Ce spectacle d’environ 1h30mn est joué par six jeunes humoristes dans une musique un jeu d’acteur impressionnant. Il retrace les grandes étapes de l’histoire coloniale de la Haute-Volta. Depuis le débat à l’Assemblée Nationale française sur la nécessité ou non de coloniser l’Afrique en passant par les résistances des peuples burkinabè à cette colonisation. Tout a été passé au peigne fin.

L’objectif de ce spectacle est d’inviter la population à découvrir la vraie version de l’histoire coloniale de l’Afrique en général et de la Haute-Volta en particulier sans se fier à cette histoire erronée raconté depuis le primaire. A travers ce spectacle, le Collectif nous invite ainsi à repartir interroger les archives afin de reconstruire notre histoire.

A noter que le Collectif des architectes du rire est soutenu dans ce projet par le département de l’Aude en France et les Archives nationales du Burkina Faso.

Ce spectacle sera présenté pour la première fois à l’Université Ouaga Pr Joseph Ki Zerbo, le 4 octobre 2018. Ensuite un programme sera établit pour la présentation du spectacle à l’intérieur du Burkina Faso en commençant par l’espace culturel Gambidi du 11 au 13 octobre. Nous y reviendrons avec plus de détails concernant la représentation de ce spectacle.

Yssoufou SAGNON et Fabrice Parfait SAWADOGO 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parfait SAWADOGO

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
6 ⁄ 6 =