Actualités Echos du FESPACO litterature

« Les Tribulations d’un Film Africain : Un roman de Fadika Kramo-Lanciné présenté au FESPACO 2019 ».

Les Tribulations d’un Film Africain, voici le titre de l’œuvre, Fadika Kramo-Lanciné, ce grand réalisateur ivoirien du cinéma Africain a fait la dédicace de son livre à l’occasion de la fête du cinquantenaire du FESPACO, dans cet ouvrage, le lauréat de l’Etalon D’Or en 1981 avec son Film Djéli nous conte son histoire de cinéaste, ses périls et sa gloire, un véritable chef-d’œuvre dont les enseignements doivent inspirer la jeune génération, c’est du moins ce qu’il souhaite.

Ce Roman nous confie-t-il, n’est pas uniquement en hommage à son Film Djéli qui lui valu le grand prix au (Étalon Yennega ) au 7e Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou, c’est aussi la mise en exergue d’une expérience personnelle qui est parti de rien du tout, notamment les difficultés financières rencontrées lors de ses débuts lorsqu’il était à la place des Cinéastes à Ouagadougou dans les années 1981, l’auteur à travers des mots frappants a ainsi retracé son histoire dans son œuvre.

C’est de la difficulté que naît le bonheur, les jeunes doivent comprendre que rien n’est facile dans la vie, et il faut se battre en mettant l’amour de ce qu’on vise comme travail ou entreprise au devant des choses, et surtout aux jeunes qui veulent évoluer dans le métier de cinéaste, il leur demande de bien se former car sans la formation, toutes actions est vouée à l’échec; c’est entre autres ces petits conseils qui figurent dans le livre, il ira plus loin pour lancer un appel pressant aux autorités dans son ensemble, pour leurs dire que le Cinéma est une activité à prendre très au sérieux et que le cinéaste doit être soutenu; « Quand vous n’avez pas les moyens pour réaliser un Film,..c’est très difficile d’évoluer.» souligne t-il dans son œuvre qu’il définit comme étant sa part de mémoire au Cinquantenaire du FESPACO.

Le coût unitaire du livre est à 4000 franc CFA avec une dédicace signée par l’auteur, le public s’en est approprié la matière de l’homme avec des achats sur place en guise de soutien à cet illustre personnage du cinéma.

Si le FESPACO n’existait pas, il fallait le créer

Celui dont le statut en bronze a été immortalisé à la place des cinéastes de Ouagadougou magnifie le FESPACO, pour lui, c’est un festival qui répond à l’attente des cinéastes, une plateforme où, toute la crème cinématographique se retrouve au Burkina pour montrer au public les productions africaines afin de permettre au plus grand nombre d’avoir un focus sur le festival panafricain du cinéma et la Télévision de Ouagadougou et surtout viser une inter-pénétration entre la jeune génération et celle ancienne.

En rappel, de 2013 à 2016 Mr Fadika kramo-lanciné occupait la fonction de Directeur Générale à l’Office National du Cinéma de Côte d’Ivoire (ONAC-CI).

Abdoul Aziz SAWADOGO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 × 7 =