« Ma ville en peinture »: la 2e édition lancée sous le signe de l’unité et de la cohésion sociale

 « Ma ville en peinture »: la 2e édition lancée sous le signe de l’unité et de la cohésion sociale

Six jours durant, la ville de Ouagadougou accueille la 2e édition du projet d’arts plastiques « Ma ville en peinture ». Le top départ a donc été donné ce mardi 11 octobre 2022, du côté du rond-point des artistes au 1200 logements (Ouagadougou).

Contribuer par les arts plastiques, à la construction et au renforcement de la culture de la paix, de la cohésion et du vivre-ensemble au Burkina Faso, c’est en tout cas l’objectif principal que s’est fixé l’Espace Soarba à travers le projet « Ma ville en peinture ». Et c’est sous le thème « La peinture, facteur d’unité et de cohésion sociale » que le top départ de l’édition 2022 de l’évènement a été donné, ce mardi 11 octobre 2022, du côté du rond-point des artistes sis au quartier 1200 logements (Ouagadougou). Six jours durant, les populations auront la possibilité de peindre et de s’initier à la peinture.

Adjaratou Ouédraogo, artiste-peintre et par ailleurs promotrice de Ma ville en peinture

À en croire la promotrice, Adjaratou Ouédraogo (artiste peintre), il s’agit à travers ce tremplin, de faire de la peinture un outil de résilience dans la construction de la paix, le renforcement de la cohésion sociale et du vivre-ensemble; offrir aux professionnels des arts plastiques, principalement de la peinture, un espace de rencontre, de réseautage et de réflexion sur la création d’un véritable marché au Burkina Faso et en Afrique de façon générale. Substantiellement, cette présente édition sera axée sur des activités telles que la peinture dans la rue sur cinq (5) sites permettant au public de venir s’exprimer à travers la peinture ; un master-class en peinture avec les journalistes culturels; un atelier de peinture avec les veuves et orphelins des FDS; un atelier de peinture avec les enfants de la rue; un atelier de peinture avec des déplacés internes; une caravane; une peinture murale; et des actions humanitaires en faveur des femmes de la Brigade verte.

“La première édition a drainé du monde et nous avons pu collecter 130 tableaux parmi lesquels 20 ont pu être écoulés à hauteur de 2 millions de F CFA. Cette somme a été reversée à l’association Poug-kompa de la Brigade verte. Les tableaux restants ont été distribués à des écoles. Cela dit, nous comptons nous inscrire dans la même dynamique cette année. Pour cette toute première journée de l’édition 2, je me rejouis de voir ce beau monde. Cela signifie que l’activité a eu un écho favorable auprès des populations, en ce sens qu’il s’agit pour nous, de rapprocher la peinture au public”, a confié Madame la promotrice, avant d’ajouter que le pays traverse des moments difficiles, chose qui justifie le choix du thème de l’édition.

le président de la Délégation spéciale de la commune de Ouagadougou, Maurice Konaté

Pour le président de la Délégation spéciale de la commune de Ouagadougou, Maurice Konaté, c’est presqu’une obligation d’accompagner une telle activité. Le choix du thème selon lui, en dit long sur l’importance de l’évènement. De ses dires, le monde entier en général et le Burkina Faso en particulier est en turbulences, voilà pourquoi toute initiative qui s’inscrit dans la culture de la paix et de la cohésion sociale, mérite d’être soutenue. “Je viens de rentrer de Mexico où parmi 193 pays du monde entier, le Burkina Faso est le seul pays africain à pouvoir obtenir un prix dans le domaine de la culture. Aussi Ouagadougou fait partie des villes créatives de l’UNESCO. Et cet évènement de Madame Ouédraogo vient une fois de plus renforcer cette dynamique dans laquelle notre commune s’est lancée. Nous serons donc toujours à ses côtés pour l’accompagner”, a-t-il soutenu.

Pour rappel, cette édition de « Ma ville en peinture » s’étend jusqu’au 16 octobre prochain.

 

Boukari OUÉDRAOGO

 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
3 × 9 =