ven 24 mai 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

MELKIOR : l’autre nom de la perfection musicale

Melkior, à l’état civil Camille Patoinéwendé Guigma, est un jeune artiste-chanteur burkinabè pétri de talent. Lauréat de Faso Academy 2013 et de bien d’autres concours, l’homme est l’auteur d’un album sorti en octobre 2022. Son tout dernier clip « Wend na lock do », disponible depuis un mois, fait actuellement le bonheur des mélomanes. Reçu en interview dans nos locaux, l’artiste s’est confié sur sa carrière.

En octobre 2022, les mélomanes burkinabè découvraient Melkior à travers son premier album baptisé « Y a Dieu dedans ». C’est donc un rêve d’enfance qui s’accomplit pour ce jeune talent. En effet, il intègre dès le bas-âge, une chorale d’enfants, avant de finir dans celle des jeunes. Piqué par le virus de la musique, Melkior participe au concours de détection de talents « Faso Académy » lors de son édition de 2013, duquel il sort lauréat. Les années suivantes, il remporte d’autres compétitions à l’exemple De « Faites de la musique », ou encore « C’est bon », pour ne citer que ceux-ci.

Entre prestations dans les cérémonies et chorales, Melkior décide de se donner une chance dans l’univers professionnel de la musique. Cependant, il reste conscient que cela nécessite beaucoup de travail. « Au vu de toutes les expériences acquises durant tout ce temps, j’ai trouvé que j’étais bon chanteur mais pas assez artistiquement. Je me suis mis donc à travailler sur l’apect physique, l’image, la voix, la mentalité, l’écriture. Et ma formation professionnelle en Communication et marketing international m’a beaucoup facilité la tâche. Ce long processus a commencé depuis 2017, jusqu’à la sortie de mon premier single en 2021 », a-t-il expliqué.

Toutes ces années de dur labeur et de sacrifices lui valent de sortir le tout premier album de sa carrière, intitulé « Y a Dieu dedans », avec pour titre phare « Burkimbila ». Ce chef-d’œuvre de 11 titres résume le travail, le sérieux, et tout ce qui va avec l’aspect artistique voulu par l’artiste. Quelques mois plus tard, il choisi de cliper le titre « On s’en fout de ça » qui figure sur l’album. « Wend na lock do », son tout dernier clip sorti il y a un mois, figure également sur cet album. À l’en croire, le choix de cliper, sur des intervalles bien définies, quelques chansons de l’album, s’inscrit dans la ligne droite de promotion de l’œuvre. Notons que la chason « Y a Dieu dedans », titre éponyme de l’album, est actuellement en vogue sur les réseaux sociaux, avec plus de 90.000 vidéos tik tok reprises par des stars de plusieurs pays.

Pour Melkior, les jeunes talents manquent d’accompagnement au Burkina Faso. « Cette œuvre discographique, je l’ai réalisée sur fonds propres. À cela s’ajoutent mes nombreux sacrifices afin d’être bon artistiquement. J’ai beaucoup rêvé sur la qualité et sur ce qu’elle peut apporter à ma carrière. Mais pour l’instant, ce n’est pas encore le cas. Je veux juste dire que nous méritons d’être accompagnés afin de porter haut le flambeau musical burkinabè. Qu’à cela ne tienne, il y a beaucoup de positivités. Certains apprécient et soutiennent ce que je fais. Espérons que les choses changent dans le bon sens », a-t-il soutenu.

L’ambition de Melkior est de contribuer à ce que la musique burkinabè soit commercialisée et consommée au-delà des frontières. De ses dires, les artistes burkinabè sont peu connus à l’extérieur, pourtant ce ne sont pas les talents qui manquent. Nous avons juste besoin de visibilité et d’autres formes d’accompagnements.

Du reste, l’artiste travaille sur la sortie d’un autre clip-vidéo, mais aussi sur d’éventuels concerts en vue de continuer la promotion de son album. Mais l’urgence pour l’instant, selon lui, c’est de travailler à consolider ses fans.

Interview réalisée par Boukari OUÉDRAOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

Festival Tiebélé Guigana, acte 2: 15 000 visiteurs attendus au site

Le comité d'organisation du festival Tiebélé Guigana, a présenté,...

15 mai à Zagtouli : Le Naaba Kaongo met à contribution un sanctuaire pour sa cité

La date du 15 mai est désormais journée nationale...

Education artistique: le bilan de la deuxième édition du CATSO satisfaisant

La grande finale de la deuxième édition du Concours...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page