Actualités Entretien Mannequinat

MODE: Diane Leaticia BASSOLET, une figure devancière du mannequinat burkinabè

L’univers de la mode burkinabè ne fait que s’agrandir de jour en jour. Nous assistons à une hausse en nombre d’acteurs de ce domaine, surtout en mannequinat. Et beaucoup sont ceux ou celles qui se démarquent véritablement, à l’image de Diane Laeticia. À cet effet, une équipe de notre rédaction est allée à sa rencontre afin d’en savoir plus sur son parcours.

Diane Laeticia BASSOLET, assistante billingue à temps plein et aussi responsable de la société de service traiteur FOODEX services, est une jeune mannequin burkinabè qui s’impose actuellement sur les scènes nationales et internationales. Formée dans une agence du nom de MEA, crée par Oum’c et Mathy, elle affirme ne rien se laisser impressionner quant à la réalisation de ses rêves. “Alors, il faut dire qu’à la base, je suis une passionée de mode et de tout ce qui est beau. Du coup j’ai été motivée par une amie et grande sœur du nom de Mariam THIAM et c’est de là que tout est parti depuis 2015”, témoigne la mannequin.

Son travail acharné lui a valu des défilés sur plusieurs scènes importantes. Sur le plan national, elle a officié à Folies de Mode, Mode d’Afrique, Sicot, Ouaga Fashion Week, Fashion Alive, Sita et bien d’autres. En ce qui concerne l’international, Diane a participé au FESMMA au Bénin, Niamey fashion Week au Niger et Ashua’s Fashion au Ghana. “Je fais un bilan plûtot satisfaisant parceque je sens que je m’améliore continuellement ; même si nous sommes parfois confrontés à des problèmes de cachets. Pour dire vrai, c’est difficile de vivre de sa passion de mannequinat”, a-t-elle ajouté

Fort de ce succès, elle ne compte pas s’arrêter d’aussi tôt : “L’un de mes plus grands rêves, c’est de defiler pour des grandes marques. Mon souhait est qu’avant tout, la mode ait une autre figure au Burkina Faso afin que l’Occident puisse venir aisément ici et prendre des mannequins pour certains projets”, s’est-elle exprimé. Rapellons que “MEA” est une agence d’hôtesses et de mannequins, plus axée dans la formation. Quant à la nouvelle nomination à la tête du ministère de la culture, des arts et du tourisme, elle a laissé entendre ces termes : “effectivement, il y a eu un changement et j’espère que la nouvelle ministre sera à la hauteur, quand bien même le ministre sortant à mis la barre haute”.

Pour cette année qui débute, elle souhaite la paix et la santé au Burkina Faso, surtout que nous arrivions vraiment à bout de cette pandemie de la Covid-19 qui handicape tous les secteurs. Par ailleurs, elle a tenu à laisser un message à l’endroit de toutes ces filles qui aimeraient emprunter ses pas: “J’encourage mes sœurs qui sont passionnées de mannequinat, à vraiment s’y lancer tout en continuant leurs études et en ayant la tête sur les épaules pour ne pas se laisser influencer dans le milieu. Un bon mannequin, c’est celui qui allie l’intelligence au physique”, a-t-elle signifié.

Asmaho ZOUNGRANA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 + 19 =