MODE: « Le style vestimentaire devrait être une affaire de tout citoyen », Warma Boukari, styliste Burkinabè

 MODE: « Le style vestimentaire devrait être une affaire de tout citoyen », Warma Boukari, styliste Burkinabè

De la Côte d’Ivoire en passant par le Mali et finalement au Burkina Faso, Warma Boukari communément appelé Abou bénéficie et s’inspire des cultures des trois pays. Le promoteur de la marque “FAMA Fashion”, nous a fait honneur en nous accordant une interview au sein de notre rédaction. Lors de l’échange, il a été question d’aborder le début de sa carrière, son parcours et ses projets à court et à long terme.

Warma Boukari est un styliste et modéliste Burkinabè qui a participé à une vingtaine de festivals de Mode nationale et internationale. Ainsi, il est né en Côte d’Ivoire et s’est par la suite installé au Mali en 1992 pour des raisons d’études. Là, le jeune homme rencontre Togo Bala qui est un grand couturier. Il l’aide pour des petits travaux tels que faire du thé, des dessins. Boukari vient à Ouagadougou après l’obtention de son baccalauréat. Là, il se lance dans la commercialisation des basins. ”Dès que je suis arrivé à Ouagadougou, j’ai commencé à vendre des bazins du Mali au Burkina Faso. Je profitais apporter les habits faits  en Faso danfani et Koko dunda au Mali.” raconte Warma Boukari.

Après une collaboration avec un couturier en place qui a toujours cru à son talent, il installe son atelier dans le quartier  Zogona en 2013 et le baptise “FAMA Fashion”. Le nom de ma marque “FAMA Fashion” est venu de mes amis du thé. ”Je suis quelqu’un qui est un fan de thé. Donc, les amis qui venaient boire le thé avec moi hier sont mes clients d’aujourd’hui” dit-il.

Dès lors, il se positionne dans le monde de la mode africaine à travers la participation de plusieurs festivals internationaux. Substantiellement, il participe à la journée culturelle du Burkina Faso en 2017, le Febak en 2018 à Bamako, le MASA en 2018, le FEMUA en 2019 en Côte d’Ivoire, le FIDAK en 2018, la JUPEC en 2019 au Sénégal, la soirée Fashion Black en 2021 au Liberia.sans omettre les festivals nationaux notamment le SICOT en 2019 à Koudougou et toutes les éditions antérieures du SIPAO. De ses dires, ce qui l’a le plus marqué, c’est la Fashion Black au Liberia car il ne s’attendait pas à un tel évènement vu l’avènement de la covid 19.

FAMA, ainsi l’appellent ses collaborateurs, fait la couture mixte mais de préférence la couture maxculine. Ses collections d’habits sont faites des tissus locaux tels que le Koko dunda et le Faso danfani. Actuellement, le combattant styliste est à pied d’œuvre pour l’ouverture d’un salon de prêt-à-porter et la création d’un logo de production. Il envisage également organiser des évènements de mode dans certaines  provinces du Burkina Faso. Par ailleurs, il compte participer à plus d’évènement de mode internationale afin de faire rayonner davantage sa marque “FAMA Fashion”.

Du reste, cette marque est surnommée  la marque des rois. Tout en invitant tous les citoyens burkinabè au port de nos habits locaux, c’est une initiative qui donnera du boulot à nos mamans. Pour lui, les femmes qui sont dans les provinces et périphéries de Ouagadougou font des revenus avec le tissage des habits Faso danfani. Donc, Il souhaite que les autorités cultivent le goût et l’envie du Faso danfani et du Koko Dunda au côté de la population qui sera une manière efficace pour réduire le chômage des femmes et de la jeunesse burkinabè.

Modou TRAORÉ  (Stagiaire)

Parfait SAWADOGO

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
42 ⁄ 21 =