dim 23 juin 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

MODE: Tant que la marche ne devient pas une passion pour toi tu ne peux pas évoluer dans le domaine » rencontre avec une des promesses sûre du mannequinat.

Fyato Marie Mariam étudiante en fin de cycle en Assurance Banque Finance à l’Université Nazi Boni de Bobo-Dioulasso est une mordue de la mode.

Elle nourrit le rêve de devenir mannequin professionnel et travail à ce que ce rêve soit une réalité. Avec une silhouette taillée sur mesure pour le mannequinat, mademoiselle Fyato ne manque pas les occasions pour s’exprimer sur les podiums. Pour Mariam Fyato : « La passion du tapis rouge, de faire des défilés en permanence et faire valoriser la beauté féminine, sont les raisons pour lesquelles le monde de la mode l’attire ».

À la question à savoir quel est son parcours et ses expériences dans le mannequinat sa réponse est sans détour : « Le mannequinat est un milieu dont l’accès est restreint. Il n’y a que quelques personnes qui défilent à chaque fois. Si tu n’a pas un bon réseau tu ne défile jamais quelque soit ta démarche et ta forme. Comme expérience de podium de mode, j’ai eu à prendre part à des concours de beauté (compétitions miss). À miss Sya j’ai été 2ème dauphine et détentrice de la couronne de miss à la nuit du financier. Je compte bien exploiter les tremplins qui s’offriront à moi, je me prépare donc pour les compétitions à venir ».

Étant à ses débuts miss Fyato nourrit l’envie de rencontrer son idole le styliste Bazem’s avec qui elle rêve de travailler un jour. Avant d’ajouter :
« Le mannequinat n’est pas un milieu facile parce-que les gens dans notre société jugent très mal le domaine et le taxent de tous les maux. Il faut donc un amour inébranlable pour le métier, tant que la marche ne devient pas une passion pour toi tu ne peux pas évoluer dans le domaine. »
Malgré les difficultés miss Fyato tient à réaliser ses rêves et se bat pour cela.
C’est par des mots de remerciements à l’endroit de Infos Culture du Faso pour lui avoir donner l’occasion de s’exprimer qu’a pris fin cet entretien. Bon vent !

Zie Kader OUATTARA correspondant de Bobo et de Banfora

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

Décoration: Un salon ouvert au public au CENASA pour valoriser les talents

La deuxième édition du Salon international de la décoration...

ENTRETIEN : Bertrand Ilboudo l’homme qui a redonné un nouveau visage à « Kouila »

Natif de la province de l’oubritenga (Ziniaré) plus précisément...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page