MUSIQUE: 6 ans après, le roi du Djongo signe son retour avec “Fulu”

 MUSIQUE: 6 ans après, le roi du Djongo signe son retour avec “Fulu”

Le roi du Djongo, Bil Aka Kora revient sur le marché discographique après un moment de silence, avec une nouvelle œuvre musicale de dix titres. Baptisé « Fulu » ou « Eventail » en langue kasena, cet album a connu un florilège de collaborations ainsi que l’ouverture de l’artistes à de nouvelles sensibilités rythmiques. La présentation de l’œuvre a été faite le samedi 14 mars dernier à Ouagadougou dans l’enceinte de Shamar Empire.

6 ans après la sortie de son 5ème album, le roi du Djongo, Bil Aka Kora revient en force sur la scène musicale avec « Fulu », son 6ème album. Fulu qui signifie Eventail en langue kasena, renvoie à toutes les collaborations de l’artiste. En effet, c’est une nouvelle ouverture que l’artiste a voulu apporter à sa musique. « Pour les musiciens, quand on écoute la plupart de nos musiques, la mienne y compris, on remarque qu’on a tendance à jouer les mêmes accords et la même rythmique. Donc après 20 ans de musique, je me suis dit qu’il fallait que j’arrive à quelque chose qui me passionne moi-même », a-t-il expliqué.

A en croire l’artiste, c’est ce qui l’a amené à collaborer avec plusieurs acteurs comme Fabrice de Vienne afin qu’il apporte des arrangements plus ouverts en termes d’harmonie, plus « jazzy », un peu plus « blancs ».
Si depuis le début de sa carrière, le roi du Djongo n’a jamais fait de titre avec la kora ou le balafon, pour lui cette ouverture s’inscrit donc dans ce cadre. Dans « Fulu », l’artiste s’est également ouvert au slam. « Fulu », est un album de 10 titres avec une intro et une sortie. Il est chanté en langue kasena, dioula, français, italien.

Selon Bil Aka Kora, Fulu retrace avec dérision l’histoire d’une femme ou d’un homme d’âge mur, ayant passé sa jeunesse à jouir des avantages de son âge, tout en occultant de faire le choix de l’âme sœur, chose indispensable dans le contexte kasena. Quand il/elle eût comprend qu’il était tard, il/ elle lance un appel afin que quelqu’un d’autre lui passe son Fulu (mari, femme) afin qu’il/elle se ventile. « Maman prête-moi ton éventail, que je me ventile, donne l’éventail pour que je ventile mon corps ».

Dans Fulu, c’est aussi des featuring dont celui avec le groupe Magic System, qui selon l’artiste est aussi un prétexte pour rendre hommage à tous les artistes qui ont collaboré avec lui depuis le début de sa carrière, et qui ont contribué à l’enrichir humainement et artistiquement. Des titres comme « Atikeleye » et « Mani », évoquent la nécessité de préserver l’environnement, de cultiver les valeurs humaines à même de créer les conditions du vivre-ensemble. Toute chose indispensable dans la lutte contre les multiples attaques terroristes dont nos pays font face. Une soirée spéciale Bil Aka KORA est prévue à la prochaine édition du Festival Jaz à Ouaga  en mai 2020.

Fulu a été rendu possible grâce à la collaboration avec Shamar Empire. Bil Aka Kora a salué cette collaboration qui fut bénéfique pour lui, car dit-il, « avec la charge de travail qu’il y avait sur l’album, tout seul je n’aurais pas pu la supporter ». Il invite cependant ces fans à partager massivement cet album et à la consommer sans modération. Fulu est disponibles dans les bacs à disque et sur toutes les plateformes légales de téléchargement au prix unitaire de 8 000 F CFA.

Parfait Fabrice SAWADOGO

Parfait SAWADOGO

1 Comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
15 + 27 =