mer 17 juillet 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

MUSIQUE: Albatros, la future coqueluche du slam Burkinabè

Dans l’optique d’en savoir davantage sur son parcours musical, une équipe de « Infos Culture du Faso » s’est entretenue dans la Cité du Cavalier Rouge avec l’artiste talentueux Slameur, Honorat Judicaël ZONGO alias « Albatros ».

Le slam étant sa vocation, le jeune commence, dès son jeune âge au primaire, son rêve pour la culture. Il participe d’ores et déjà aux activités culturelles pour s’outiller davantage des rudiments nécessaires qui lui permettront effectivement de s’activer dans le domaine du septième art (la musique). Pour se faire, déjà au secondaire , il perçoit en lui, un nouveau style musical qui est le slam. Toujours objectif, il réussit à écrire son premier texte en 2013 d’où il fini par monter sur scène en 2017 pour des prestations publics.

Par ailleurs, il justifiera son grand intérêt pour le slam en termes; (Mon amour pour ce style musical qu’est le slam, parce que je fais déjà partie de ceux qui pensent que le développement de notre pays, le Burkina Faso dépend de la culture que nous avons. Nonobstant celà, c’est par son entremise que l’on peut arriver directement à s’adresser, communiquer avec son public. En un mot, transmettre un message et c’est la seule manière de le faire).

Aujourd’hui, qualifié pour représenter la région du Centre-Ouest au slam de la Semaine National de la Culture (SNC), il a également été classé troisième de la Semaine National des Arts et de la Culture des Universités du Burkina (SEACUB). Aussi, il a été finaliste du troisième prix de « Je slam pour ma patrie ». Ex-étudiant à l’Université Norbert Zongo de Koudougou, le jeune talentueux slameur a représenté ladite Université à la compétition d’où il remporte le premier prix.

Cependant, bien que couronné de talent, le jeune rencontre des difficultés pour se faire connaître à travers sa graine. ( J’ai pas de soutien en terme de production, pas d’encadrement nécessaire pour faire des enrégistrements pour afin de sortir un album), a-t-il signifié. Mais malgré ses difficultés critiques, l’artiste ne manque pas d’exprimer sa satisfaction quant aux différentes activités culturelles auxquelles il a pris part. (Aujourd’hui, je suis vraiment heureux d’avoir fait un certain nombre de prestations. D’ailleurs, les encouragements reçus ça et là me réconfortent et m”invitent à exceller. Surtout, l’avantage aujourd’hui est que, grâce à mes prestations, j’arrive à jalonner mes études au niveau financier, en dehors des efforts que fournissaient mes parents), s’est-il expliqué.

Au terme de cette belle rencontre, le slameur a profité de l’occasion pour véhiculer un message à l’endroit des autorités culturelles en ses propos: (Nous demandons à nos autorités culturelles de continuer à soutenir la musique, et l’art en général. En fait, il y’a de jeunes talentueux qui veulent bien exploiter leurs potentialités et qui n’y arrivent pas. Ainsi, les autorités culturelles devraient porter un regard critique sur eux, afin de leur permettre de décoller).

Pour finir, il a salué toute l’équipe de « Infos Culture du Faso » pour l’intérêt porté à sa personne et surtout à sa musique (le slam). Il a également encourager les lecteurs à toujours suivre cette plateforme culturelle en s’y abonnant.

Seyni YAMEOGO (stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page