ven 21 juin 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

MUSIQUE: «cette génération de rappeurs redorera le blason du rap burkinabé».

Peper, à l’état civil Ouedraogo Inoussa, est né à Ouagadougou au Burkina Faso. Il est titulaire d’un Bac D après être passé par le Lycée Philippe Zinda Kaboré où il a piqué le virus de la musique dès la classe de 6è. Avec les amis du quartier, il s’essaie à l’écriture du rap et à la scène notamment à l’Espace Rencontre de Tanghin. Il y a notamment côtoyé des artistes tels Joe Le Soldat. Infos culture du Faso a rencontré ce jeune pour parler de sa carriere bien que jeune mais plein d’espoir.

« Peper ça signifie simple, sympa dans le jargon jeune. C’est dans ce sens que j’ai adopté ce surnom, je veux être perçu comme un mec cool» tel est la réponse de notre artiste pour justifier son nom d’artiste Peper.
Pour Peper: «Quand j’ai commencer à m’intéresser à la musique c’est le Rap qui était tendance, c’est un style qui plait à la jeunesse. Mais actuellement j’essaie de ratisser large en m’essayant à d’autres styles musicaux ». Dans un monde artistique en perpétuel fluctuation s’essayer sur plusieurs style ne peut être que bonne augure.

Tout debut est difficile, la carrière de Peper ne fait pas exception à la règle car comme il le dit lui même: « Je suis actuellement soutenu par un grand frère qui est à mes cotés depuis longtemps. J’ai un maxi de quatre 04 titres baptisé Banghuin, (avec les titres Banghin, Choper,  C’est pas ta pointure) ».
Le rap de nos jours au Burkina Faso est en perte de vitesse et voir des jeunes qui s’y adonnent avec passion ne peut que présager des jours meilleurs. Du moins sur cette question, Peper affirme la volonté de cette génération à redorer le blason du rap made in Burkina.

« Nous pouvons relever le défi de redorer  le blason du rap burkinabé, il y’a tellement de talents dans le domaine. On a appris de nos prédécesseurs et je pense qu’on en n’est capable. Il suffit que nous puissions accepter de travailler dur ». Travailler dur, Pepèr le fait quotidiennement, ce qui lui a permis d’avoir un premier maxi : « J’ai pas d’album pour le moment, actuellement nous travaillons pour faire la promotion du maxi. J’ai des featuring qui sont en gestation et qui vont se concrétiser sous peu ».

Des projets qui lèvent un coin du voile sur ce qui nous attends. Pour ces soutiens et ses mélomanes, notre jeune artiste adresse un message clair : «Ils ne seront pas deçus car je vais batailler dur pour les honorer et relever les défis. Merci de me soutenir». Les sujets de prédilection de Pepèr sont les faits de société et son propre vécu. Il ne se donne aucun limite dans la créativité musicale parce que selon lui, toute inspiration est bonne à prendre tant que ça relève de l’art.

Interview réalisé par Parfait Fabrice SAWADOGO

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

« Naam toga ne Waoogré » : Le tout nouveau clip de la sœur P. Anne Marie Kaboré

Fort de cinq minutes cinquante sept secondes (5'57), Sœur...

Concert « Résilience »: Le comité d’organisation prêt à 98%

Le concert « Résilience » de l’artiste musicien Reman,...

Pô: Le promoteur Damien Copia offre deux millions aux jeunes du Nahouri

Plus de dix mille visiteurs du festival des Retrouvailles...

Musique: « Saaga » de Dez Altino enflamme la toile

L’artiste musicien Dez Altino a dédicacé le jeudi 30...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page