Actualités Entretien Musique

MUSIQUE : Fadeen sera en concert le 16 octobre 2021 du côté du CENASA

Du talent, la nouvelle génération des artistes burkinabè en a. C’est le cas de Fadeen, un jeune, qui depuis 2015 ne cesse de se faire de la place dans le cœur des mélomanes burkinabè. Omar Ganou à l’état civil, il est auteur d’un album de 11 titres intitulé “Graine d’espoir” sorti en avril 2019 et de plusieurs autres tubes à succès. Afin d’échanger sur les préparatifs de son concert prévu se tenir le samedi 16 octobre prochain du côté du CENASA, nous l’avons reçu dans les colonnes de notre rédaction.

Infos Culture du Faso (ICF): Avant tout propos, dites-nous comment est née votre passion pour la musique.
Fadeen: Je dirais tout simplement que la musique, je l’ai dans les gènes depuis l’enfance. En réalité, j’ai été très tôt inspiré par un de mes oncles qui était le seul musicien de la famille. Et précisément en 2006, j’ai rencontré un ami d’enfance avec qui j’ai fondé le groupe Sarakan; et nous avons évolué ensemble pendant trois ans. Par la suite, j’ai décidé de me lancer dans une carrière afin de professionnaliser tout cela.. En 2015, tout est parti avec la collaboration avec une maison de production du nom de “Vivero production”. Et c’est à partir de là que j’ai commencé à porter le nom d’artiste “Fadeen”.

ICF: Justement parlant de ce pseudonyme, d’où vient-il ?
Fadeen: Je suis originaire de Sibi, non loin de la commune rurale de Boromo. Et pour tout ceux qui comprennent la langue nationale dioula, ce nom signifie le “fils à son père”. C’est en fait une manière de valoriser les miens, porter mon père en moi.

ICF: Parlez-nous de votre discographie.
Fadeen: Comme je l’ai dit, je me suis lancé dans une carrière qui par la grâce de Dieu m’a permis de me hisser dans l’univers de la musique burkinabè. Aujourd’hui, je totalise un album de 11 titres, baptisé “Graine d’espoir”. En sus, j’ai au moins quatre clip-vidéos, dont certains ont été réalisés en collaboration avec d’autres têtes d’affiche de la musique burkinabè, notamment, Frère Malkhom, Wendy, et bien d’autres. Je les salue de passage en ce sens que ce sont des aînés qui ont décidé comme ça de m’apporter leur soutien à leur manière. Cela a joué positivement sur ma visibilité. La plupart mes œuvres sont dansantes, mais par dessus tout, j’aborde des thématiques d’actualités, surtout celles qui touchent la jeunesse, la cohésion sociale, l’amour, etc.

ICF: Vos œuvres sont des tubes à chaque fois qu’elles sont mises sur les plateformes, quel est votre secret?
Fadeen: Un secret c’est trop dit. Je mettrais plutôt cela sur le compte du travail bien fait et par ricochet mon adoption par les mélomanes burkinabè. Pour cela, je tiens à réitérer mes remerciements à ma maison de production pour les efforts fournis afin de propulser mes œuvres aux yeux du monde entier.

ICF: Vous-vous êtes fait quand même une place dans la musique burkinabè, mais qu’est-ce qui manque à Fadeen pour mieux booster sa carrière ?

Fadeen: Aujourd’hui, la jeunesse génération essaie tant bien que mal d’apporter sa pierre à notre musique, et Dieu faisant, j’en fait partie. C’est en partie grâce à l’accompagnement des uns et de autres. Cependant, nous ne cesseront d’avoir besoin de l’accompagnement de nos aînés, fans et mécènes afin de booster encore notre musique car du talent, il y’en a.

ICF: Vous avez un concert prévu pour le samedi 16 octobre prochain, parlez-nous en.
Fadeen: En fait, ce concert qui doit se tenir le samedi 16 octobre prochain du côté du CENASA répond toujours au plan de promotion de l’album “Graine d’espoir” sorti le 30 avril 2019. En réalité, ce concert devait avoir lieu en 2020, mais a dû être plusieurs fois reporté pour cause de Covid-19.

ICF: Certains jeunes artistes ont relevé le défi de titiller les grandes salles, pourquoi choisir de tenir ce concert au CENASA qui ne compe que 600 places?
Fadeen: Vous n’avez peut-être pas tord. Mais la vérité est que nous avions deja réservé la salle du CENASA depuis au moment où nous avions prévu de tenir ce concert. Aussi, la date étant déjà fixée et que nous sommes dans un mois de festivités, les différentes salles ne sont pas disponibles. Sinon que nous sommes aussi des rêveurs, mais mon équipe et moi préférons aller étape par étape.

ICF: le FESPACO s’ouvre également le même jour, n’avez-vous pas peur que cela ait un impact sur votre spectacle ?
Fadeen : Il faut dire que le concert avait été déjà mis à cette date bien avant le FESPACO et nous aurions pu chercher une autre date. Mais vu qu’il y’a eu plusieurs reports, cela aurait pu avoir des incidences sur le professionnalisme du concert. Et puis, le FESPACO est un cadre de rencontre de plusieurs pays et je pense que cela pourrait être une aubaine pour avoir plus de visibilité.

ICF: Quelle idée peut-on avoir sur les préparatifs de l’événement ?
Fadeen: Vous savez, cest un concert qui avait fait l’objet de préparatifs avant d’être reporté. On a dû réchauffer cette même énergie. Le travail de la mise en scène et des répétitions a déjà commencé. Et je tiens à rassurer les mélomanes que ça sera un show inoubliable du côté du CENASA. Qu’ils se déplacent massivement pour qu’on puisse communier ensemble.

ICF: Quelles sont les difficultés rencontrées dans les préparatifs de cet évènement ?
Fadeen: Quand on rêve de donner des résultats de qualité pour ce genre d’événements, il faut se surpasser. Et pour ça, les difficultés n’en manquent pas. Et on préfère les prendre comm des défis. Bien que nous ayons toujours besoin de partenaires, je tiens à préciser qu’il n’y a pas de difficultés majeures.

ICF: Peut-on avoir une idée sur les prix d’entrée ?
Fadeen : Les tickets d’entrée sont fixés à 10.000 F CFA et 15.000 F CFA pour les places VIP.

ICF: Votre dernier mot.
Fadeen : Je tiens d’abord à adresser mes remerciements à Infos Culture du Faso pour l’opportunité qui m’est donnée de parler de ce concert. Et à mes fans, rendez-vous est donc pris pour le samedi 16 octobre 2021 à partir de 20h du côté de la salle de spectacle du CENASA à Ouagadougou.

Interview réalisée par Boukari OUÉDRAOGO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
36 ⁄ 12 =