dim 23 juin 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

MUSIQUE: Kindiss Fils emboîte le pas de son père pour valoriser et envoyer encore plus loin le rythme Binon.

Le Burkina-Faso, pays situé en Afrique de l’ouest possède une soixantaine d’ethnies. Chaque peuple détient ses potentialités culturelles et artistiques. Dans l’esprit de valoriser la musique, la danse et l’art tant au niveau national qu’international, de jeunes acteurs passionnés montent au créneau à travers leur voix- melodies-textes pour défendre et promouvoir ce  » riche patrimoine ». Tout comme Kinda Abdoul Razagou alias Kindiss Fils -héritier du Binon avec son premier album titré ANEBANA. Celui-ci a bien voulu recevoir INFOS CULTURE DU FASO pour des échanges. Nous vous invitons à la découverte ou à la redécouverte du chantre du rythme Binon. Bonne lecture !

Enfant du célèbre artiste Kindiss Le Roi du Binon, le jeune Kindiss Fils ayant la musique dans le sang décide de poursuivre le combat de son père. Mais avec une vision encore plus large. Récemment face à INFOS CULTURE DU FASO à Ouagadougou dans les locaux de la structure SUD-EMBLEME, Kindiss aborde sa carrière musicale. En effet, l’artiste confit que son principal objectif avec ce premier opus, c’est que bientôt tout le monde puisse adopter le chant, les pas de danse Binon et les cultures du peuple Lyélé dont il est d’ailleurs originaire. Un peuple de la famille des Gouroussi; répartis du long de la frontière nord du Ghana jusqu’aux localités de Koudougou et Réo. Ils sont constitués de plusieurs sous-groupes répartis dans le centre-sud du pays de « papa Thomas Sankara ».
« Donc quelque soit nos origines ethniques, nous devons maîtriser le Binon car elle est une danse burkinabè et africaine », a rappelé la jeune étoile qui attend de ce nouvel album une  » connaissance absolue ». Pour permettre à tous de cerner les messages centraux, il prend bien soin de traduire certains couplets en français.
Auteur compositeur, Kindiss Fils s’est intéressé petit-à-petit au monde de la musique et de la culture à travers son père. En effet, lors de ses déplacements dans le cadre de la musique, le petit l’accompagnait. Même en studio il avait sa petite touche à apporter. C’est de là qu’est née sa passion et la vocation de promouvoir les valeurs culturelles et morales du Lyélé et booster la culture nationale. Il va donc se mettre dans une posture de faire une carrière musicale durable. En 2015 il rentre au studio « l’univers des stars » de Kevin Batoua et y ressort avec ce premier album qu’il baptise ANEBANA qui veut dire « merci » dans sa langue ». Lequel a été dédicacé le 24 juin 2018 passé à L’ESPACE BINON du parolier Don Sharp Debatoro parrain artistique, en présence de l’honorable Député Bienvenue Bationo ; avec une forte présence de la presse nationale et internationale.


Hommage à la femme, Méchanceté des hommes; Respect et reconnaissance envers les parents (papa- maman), Fraternité, Solidarité: Telles sont par exemple les thématiques qui y sont abordées avec une invite à s’accepter mutuellement et à vivre ensemble malgré nos différences. Voici un aperçu des titres de ce « bijou musical  » qui le fait donc emboîter le pas de son géniteur : ANEBANA ; LOBINI; BEGADEYO; MON AMI; AGUIYAYE; remix-ANEBANA.
Sa biographie indique que c’est un album fortement marqué par l’influence des valeurs traditionnelles et modernes. Il est coloré au rythme des tambours et chanté en gouroussi et français. L’artiste à travers cet album rend hommage à ceux qui sont toujours restés à ses côtés notamment son père et sa mère grâce à qui, il a connu la vie.
Dans ces différentes chansons, il fait intervenir tous les instruments qui composent un orchestre traditionnel pour ne pas citer calebasse, Kundé, tambours… Arrangé et mixé par Kevin Batoua, à la guitare guitare Bass, on a Sylvain Dando Paré. Guitare solo, Maxime Nikiema et Bationo Noutchoulou à la percution. Avec les Chœurs de Charlotte Tiendrebeogo qui soutiennent la voix naturelle et limpide du l’artiste.


Dans le développement de sa carrière et ainsi permettre à l’œuvre d’atteindre les cibles et les objectifs poursuivis, Kindiss se jette depuis bientôt trois mois « dans les mains » de Sud- Emblème (SE). Une nouvelle structure de communication faisant des ouverture sur le plan culturel.
« Je suis dans de bonne main. La balle est dans leur camp…On dit qu’on ne frappe pas son enfant et le jeter. On le tire plutôt pour mettre à côté. Ça veut dire que tout ce que je vais faire , et que j’ai fais, bien ou pas, c’est à eux de m’encadrer. Pour qu’un jour, j’ai la tête plus haute », souhaite-t-il. Signalons également que l’objectif recherché par le désormais chantre du rythme Binon, c’est de chercher à se « mettre à un niveau élevé  » attendu.
L’homme de théâtre et de culture, Robert Bagoro, membre de Sud- Emblème salut la démarche de l » enfant » tout en rassurant en ces thermes :
 » Pas forcément parce que nous sommes plus ancrés en matière de show-biz mais c’est ensemble qu’on va joindre les idées pour l’amener à grandir; selon un plan de carrière bien défini. On ne rejette personne à SUD-EMBLEME, peu importe ton comportement. Si tu veut travailler, nous allons nous réadapter à ça et puis te suivre. Sauf si ça va au delà de l’humain », a laissé entendre Manadja Robert Bagoro au micro de INFOS CULTURE DU FASO.


« Restez confiant car demain reste le meilleur. Je prend le flambeau de la valorisation du rythme Binon là où mon papa s’est arrêté pour envoyer encore plus loin(…), a-t-il déclaré lors des échanges à Ouagadougou.
Conscient que tout début « est souvent au pas de caméléon », Kindiss, demeure confiant et accroché à son rêve et aimerait « mieux faire dans l’avenir ». Cela en comptant surtout sur les hommes de médias, parents, amis, bienfaiteurs, bref, sur tout un chacun.
Sud-Embleme annonce des spectacles et autres actions stratégiques pour donner plus de visibilité et assurer la carriere de la voix des sans voix.
Quoi de plus normal que de souhaiter plein succès à Kindiss Fils avec ANEBANA.

FILASKO Moussa Kaboré

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

« Naam toga ne Waoogré » : Le tout nouveau clip de la sœur P. Anne Marie Kaboré

Fort de cinq minutes cinquante sept secondes (5'57), Sœur...

Concert « Résilience »: Le comité d’organisation prêt à 98%

Le concert « Résilience » de l’artiste musicien Reman,...

Pô: Le promoteur Damien Copia offre deux millions aux jeunes du Nahouri

Plus de dix mille visiteurs du festival des Retrouvailles...

Musique: « Saaga » de Dez Altino enflamme la toile

L’artiste musicien Dez Altino a dédicacé le jeudi 30...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page