Actualités dédicaces musique Musique

MUSIQUE: Seigneur Dizagneur présente à la presse un maxi intitulé “Ivoirien à Ouaga”

L’artiste-musicien Seigneur Dizagneur était face à la presse ce vendredi 24 juillet 2020 à Ouagadougou. Objectif, présenter son nouveau maxi single de quatre (4) titres intitulé “Ivoirien à Ouaga”. Ce maxi intervient après son premier album sorti en 2018.

De son nom à l’état civil Cyrille BOUSSOU, l’artiste-musicien dont il est question est natif de la Côte d’Ivoire voisine, mais installé au Burkina Faso depuis maintenant une dizaine d’années. Après une première sortie discographique en 2018, intitulée “Dabacoco” Seigneur Dizagneur, puisque c’est de lui qu’il s’agit, revient aujourd’hui avec un maxi single baptisé “Ivoirien à Ouaga”. Fort de quatre titres essentiellement chantés en langue française, bété, mooré et dioula, ce maxi est un mixage de la musique traditionnelle ivoirienne et burkinabè. En effet, à travers cette œuvre, il essaie de relier danse gbégbé du terroir bété et du warba Mossi.

Ce que l’on pourrait dire c’est que l’artiste n’a pas failli à son désir de rendre l’utile à l’agréable en faisant le rapprochement des deux cultures dont il est question. Bien au contraire, il a su le faire à travers des titres comme “Je suis racheté”, “Ivoirien à Ouaga”, “Jalousie” et le remix de “Ivoirien à Ouaga”. Pour lui, la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso forment un seul pays. Seigneur Dizagneur, comme son nom l’indique, à travers cet album rend non seulement gloire à dieu tout en invitant les gens dans la persévérance, mais aussi met en valeur les cultures ivoirienne et burkinabè. Mais au delà de tout, il dépeint les maux de la société notamment la jalousie, la méchanceté.

A sa prise de parole, l’artiste Seigneur Dizagneur s’est exprimé en ces termes; (Cette volonté de vouloir utiliser à la fois le rythme tradi-moderne ivoirien et burkinabè dans ce maxi répond au besoin de faire découvrir ces cultures de façon réciproque dans ces deux pays frères. Aussi, j’ai voulu faire passer un message biblique, en ce sens que tout ce que nous sommes, nous le devons d’abord à Dieu. De ce fait j’invite tout le public à s’approprier ce maxi qui est vraiment agréable à écouter).

Quant à la promotion de ce maxi, l’artiste à travers son équipe dit vouloir travailler dans les prochains jours, pour plus de visibilité. A cette occasion il a remercié ses fans présents sur place pour le soutenir et aussi la presse burkinabè pour le dur travail abattu pour la valorisation de la culture. Par ailleurs, il a plaidé auprès des médias d’être le relais de ce maxi single auprès du grand public.

Boukari OUÉDRAOGO (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
17 + 23 =