ven 21 juin 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Ouagadougou: la 3e édition de la BISO lancée dans un contexte de résilience du Burkina

La troisième édition de la Biennale de Sculpture de Ouagadougou (BISO) a été lancée dans la nuit du mercredi au siège du Fespaco en vue de montrer la résilience du Burkina Faso et de ses acteurs culturels, notamment ceux des arts visuels. Cet acte 3 de la BISO qui se tient autour du thème: « Le feu des origines » verra une panoplie d’expositions d’œuvres des artisans venus de 12 pays sur la période du 4 octobre au 8 novembre.

Le promoteur de l’exposition, Nyaba Léon Ouédraogo dit vouloir par cette manifestation faire de la capitale burkinabè, une plateforme incontournable d’arts contemporains . Les autorités de la transition burkinabè ont ouvert au cours d’une cérémonie au siège du Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de la capitale burkinabè (Fespaco), la troisième édition de la Biennale de Sculpture de Ouagadougou (BISO) devant un public fort averti qui n’a pas marchandé son déplacement.

Le chargé de mission du Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme, Yacouba Bonkoungou qui a représenté le ministre Jean-Emmanuel Ouédraogo, a exprimé sa « satisfaction » de voir cet acte 3 de la BISO se tenir et « attiré » du beau monde « malgré le contexte difficile » que traverse le Burkina Faso, par ricochet, de nombreux professionnels des arts.

Il a indiqué que « ma satisfaction va du symbolisme de ce lieu (Fespaco, NDLR) à la pertinence de l’activité » qui réunit les convives venus en nombre au lancement de la BISO acte 3. Yacouba Bonkoungou, au nom du ministre Jean-Emmanuel Ouédraogo, a félicité et encouragé les promoteurs de cette manifestation qui de par la qualité « la qualité de la structure porteuse du projet et (la) grande mobilisation », prouve que l’activité a atteint une dimension qui sonne sa maturité. « Les arts visuels méritent de plus en plus notre attention car ils créent des emplois, des richesses et participent pleinement à l’identité des peuples », a renchéri Yacouba Bonkoungou qui a ouvert l’exposition suivi d’une visite guidée des œuvres d’arts exposées dans la cuvette du Fespaco.

La directrice générale du Fonds de Développement Culturel et Touristique (FDCT), Fiohan Caryne Traoré, a affirmé que l’Association Art et Culture BISO est l’un des bénéficiaires du 2e appel à projets du Fonds de Développement Culturel et Touristique dans le cadre du Programme d’Appui aux Industries Créatives et à la Gouvernance de la Culture (PAIC GC), avec le soutien de l’Union Européenne. « L’association a été financée à plus de 29 000 000 dont une subvention du FDCT de plus de 25 000 000 pour la mise en œuvre de ce projet intitulé « Compétences croisées ». Je saisi l’occasion pour féliciter tous les lauréats de cet appel à projets, et leur souhaiter beaucoup de courage », a ajouté la DG du FDCT qui a félicité l’association Art et Culture BISO pour la « pertinence et la qualité » de son projet qui entre en étroite ligne avec les objectifs du PAIC GC.

Selon elle, la BISO permet « la création d’œuvres, la professionnalisation des artistes plasticiens, le partage d’expériences entre artistes, ainsi que la mise en marché des produits et services culturels issus de cette résidence ». La directrice générale du FDCT, Fiohan Caryne Traoré, a, enfin, salué « l’engagement » de Nyaba Léon Ouédraogo, président de cette association qui « ne ménage aucun effort pour la promotion des arts plastiques et appliqués au Burkina Faso et dans le monde ». « Je ne doute pas de la qualité des œuvres ici présentes car cette résidence révèle l’ingéniosité et le professionnalisme des artistes plasticiens », a-t-elle soutenu.

Nyaba Léon Ouédraogo s’est dit heureux pour la tenue de cette BISO acte 3 car ce n’était pas évident, invitant le public ouagalais à venir découvrir des artistes venus du monde entier pour exposer leur savoir-faire. Il a précisé que les pays invités à cette 3e édition de la BISO sont entre autres le Mali, le Togo, le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Nigeria, le Cameroun, la France, la Tunisie et la Martinique.

« Avec Christophe Person, nous avons osé donner de la visibilité et la création à la sculpture, fondatrice de notre civilisation. Le thème est inspiré d’un livre d’Emmanuel Dongala qui invite à s’inspirer de l’essentiel», a expliqué Nyaba Ouédraogo. Et Pour Christophe Persan, co-porteur du projet, c’est avec beaucoup d’émotion qu’il revient tout les deux ans au Burkina Faso pour célébrer la sculpture. Selon sa conviction, l’art et la culture parviennent à transcender les soucis au quotidien. « Les œuvres qui seront présentées sont toutes exceptionnelles », a apprécié Christophe Person.

A entendre, le représentant de l’Union européenne (UE), Marc Duponcel, c’est un grand plaisir de participer à cette 3e édition du BISO. Pour lui cette édition se tient dans un contexte « très difficile pour le Burkina Faso » et il faut féliciter le comité d’organisation.

Au total, ce sont 20 artistes divers horizons qui prennent part à cette 3e BISO. Le promoteur du projet a tenu à les remercier.

Parfait Fabrice Sawadogo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

Promotion culturelle: Les masques à l’honneur à travers une exposition permanente

Le musée national du Burkina a accueilli, ce vendredi...

Festival international du pétanque: l’édition 2 s’annonce sous le signe de la solidarité

Le comité d'organisation du festival international du pétanque de...

ZAGTOULI : des rites initiées pour la paix au Burkina

À Zagtouli, un quartier de la commune de Ouagadougou,...

Industrialisation du cinéma: un pan de l’économie à la traîne

Du 25 février au 4 mars 2023, Ouagadougou a...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page