Actualités BBDA Société

Paiement de la redevance de droit d’auteur par les partis politiques: l’ADF/RDA passe à la caisse

Dans le cadre du plaidoyer pour le paiement effectif de la redevance de droit d’auteur par les partis politiques, le Bureau Burkinabé du Droit d’Auteur (BBDA), a reçu l’Alliance pour la Démocratie et la Fédération / Rassemblement Démocratique Africain (ADF-RDA) ce vendredi 16 octobre 2020. Le parti de l’éléphant, représenté par son président Gilbert Noël OUÉDRAOGO est venu s’acquitter de son obligation à l’égard des artistes pour un montant de cinq millions de francs CFA.

“C’est un acte citoyen et notre parti est pour le respect de la règle de droit et de l’État de droit”, a indiqué le premier responsable du parti de l’éléphant. Pour Gilbert Noël OUÉDRAOGO, l’Etat de droit a des contraintes faites de droits et de devoirs qu’il faut respecter. “La loi a prévu un paiement des droits d’auteurs, il est donc normal que nous passions nous acquitter de cela”, précise-t-il. Devant la presse, Gilbert Noël OUÉDRAOGO n’a pas manqué de dire qu’au delà de l’acte qu’il vient de poser, la culture est un élément important et elle ne peut pas être sauvegardée par un simple acte de volonté sans accompagnement financier.

“L’économie du savoir ne peut être soutenu que par le paiement des droits d’auteurs pour le compte des créateurs, par la reconnaissance et l’accompagnement, et l’appui de cette création”, explique t’il. Pour le parti de l’éléphant, la culture occupe une place de choix dans son programme politique parce que c’est elle qui peut permettre de réussir dans tous les autres domaines parce que quand on sait d’où l’on vient on peut facilement s’orienter là où l’on veut.

L’ADF/RDA est le deuxième parti a avoir posé cet acte salutaire pour les artistes burkinabè après le MPP. Ce fut l’occasion pour Walib BARA, Directeur général du BBDA, de lancer un appel à l’endroit des autres formations politiques afin qu’elles emboîtent le même pas. “La culture constitue l’ADN d’une nation et quand on aspire à diriger une nation, il faut inscrire la culture comme un axe prioritaire”, a-t-il martelé dans ce sens.

Sidbéwendé ZONGO, collaborateur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
21 ⁄ 7 =