jeu 22 février 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Peut-on vivre de l’art?: La peinture des pots de fleurs , un gagne pain.

La peinture et le dessin sur les pots, autrefois réservé aux hommes, est devenue, de nos jours, une histoire de métier exercé de plus en plus par des femmes dont nombreuses d’entre elles se sont initiées. C’est ainsi que nous avons rencontré Madame Nikiema dans la journée du mercredi 29 Novembre pour en savoir plus. Lisez plutôt.

Desormais tout porte à croire qu’il n’y a pas de sous-metier :il faut comprendre par là, l’art nourrit l’artiste.Et certaines femmes qui ont embrassé ce métier de peintures des pots et qui ont bravé les préjugés,ne s’en plaignent pas. De ces femmes, une a attiré notre attention. Il s’agit de Madame Nikièma , qui, grâce à son talent a prouvé que les femmes aussi peuvent exercer les mêmes travaux que les hommes, il suffit seulement qu’il y’ait de la volonté et de l’abnégation. « Grace à ce que je fais, j’arrive à contribuer aux charges de ma famille, et je remercie Dieu car sans lui, l’homme n’est rien. Je suis très heureuse puisque j’arrive à joindre les deux bouts et à aider mon mari concernant les charges familiales et franchement, je ne me plains pas  » . De ce fait, elle a dit exercer le métier de dessinatrice et de peintre depuis un an maintenant et vend ses marchandises de 7h du matin à 19h tous les jours. Elle expose ses produits au bord du goudron en face du commissariat de Nongremassom. En effet, a entendre ses propos, les dessins et la peinture ne sont plus un secret pour elle. Sur ce,ayant appris ce métier au Niger il ya de cela deux ans avec son frère, elle reconnait n’avoir regretté un tel choix puisqu’elle arrive à subvenir à ses besoins, à épauler son mari.


La raison de choisir le métier de l’artiste peintre.
Par ailleurs, l’idée d’embrasser une telle activité, a-t-elle indiqué,est venue du fait que, commerçante à l’époque, elle n’arrivait pas à s’en sortir puisqu’elle vendait ses marchandises à crédit. « Les pots de fleurs de Madame Nikièma sont accessibles à tout le monde », a-t-elle dit. Selon ses explications, les prix varient de 5000Fcfa à 7500fcfa sen fonction de leur taille avec des clients issus de différentes catégories socio-professionnelles. ‘Les fleurs qui accompagnent les pots sont cueillies toutes sèches en brousse avant de les peindre, a-t-elle confié. Et d’ajouter qu’elle peut vendre trois ou quatre pots de fleur par jour selon les périodes . » J’arrive à écouler mes marchandises et je fais surtout de bonnes affaires au moment des fêtes  »,a-t-elle soutenu.

Téné Bénédicte OUEDRAOGO
benedicteoued@gmail.com.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

RIPO 2023: La 5e édition se referme avec une nuit dédiée aux partenaires

Le clap final des Rencontres Internationales de Peinture de...

Ouagadougou/Peinture: la 5e édition des RIPO annonce déjà ses couleurs

C’est du 13 au 18 février 2024, que se...

Kibidoué Éric Bayala : « L’année 2023 fut très riche, positive en engagement et en activités »

Kibidoué Éric Bayala est un musicien, écrivain et réalisateur...

Burkina/Cinéma: l’acteur Taleb Kant note un bilan positif pour l’année 2023

Dans un entretien qu'il nous a accordé, Taleb Kant,...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page