Projet artistique : le théâtre populaire renaît de ses cendres

 Projet artistique : le théâtre populaire renaît de ses cendres

Dans le cadre du projet artistique «Harakaat» initié par l’institut Goethe du Burkina Faso, l’emblématique théâtre populaire retrouve un autre visage. C’est le mercredi 23 novembre 2022 à Ouagadougou, que les représentants de l’institut ont choisi pour faire découvrir à la presse cette infrastructure rénovée du théâtre populaire Désiré Bonogo.

Le nouveau visage de l’infrastructure

«Harakaat» ou «mouvement» en langue arabe, est le nouveau projet artistique qui verra la collaboration entre l’Institut allemand Goethe et le CDC-la termitière. Dans le cadre de ce projet, une série d’activités était prévue dont la rénovation du théâtre populaire Désiré Bonogo autrefois un cadre d’expression pour les artistes.

Le Directeur de Goethe-Institut Burkina Faso Martin Pockrandt, explique le contexte du projet «Harakaat»

Pour le Directeur de Goethe-Institut Burkina Faso Martin Pockrandt, «Harakaat» est un projet de résidence artistique internationale. «Nous sommes très satisfaits des travaux qui ont été réalisés sur ce site. Cela sera un cadre idéal pour les artistes de mieux échanger et organiser des concerts. Cette infrastructure est un patrimoine pour les burkinabè et il est très important de la conserver. Le projet artistique plus la rénovation ont couté plus de 30 millions de francs CFA», a-t-il martelé.
Ce projet de rénovation a consisté à remettre sur pied la salle qui était en ruine et aussi opérer des réfections de plomberie. Durant une heure d’horloge, c’est une visite guidée des lieux qui a été initiée par les représentants de l’institut et les techniciens.

Esther Somé : «Dans les prochains jours une série d’activités notamment des formations et des spectacles seront organisés pour le bonheur des artistes et de la population»

À écouter la coordonnatrice du CDC-la termitière Esther Somé, ce projet tombe à point nommé. «C’est avec un cœur plein de gratitude que nous accueillons à nouveau cette infrastructure rénovée. Dans les prochains jours, une série d’activités notamment des formations et des spectacles seront organisés pour le bonheur des artistes et de la population», a-t-elle laissé entendre.
De la scène en passant par les places assises, c’est un travail d’embellissement qui a été fait pour permettre au public de retrouver le sourire les prochains jours.

«Harakaat» s’achèvera par l’organisation d’une performance finale et d’un concert qui réuniront des stars de la musique burkinabè dont Awa Boussim et Malika la Slameuse le 26 novembre 2022 au sein du nouvel espace.

 

Crépin OUEDRAOGO (Collaborateur)

 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
15 − 13 =