Actualités Culture Société

Projet d’éducation artistique et culturelle “Graines d’espoir”: la saison 2020-2021 referme ses portes

La cour du Théâtre Soleil sise à Ouagadougou a été le tremplin, ce samedi 29 mai 2021, de la cérémonie de restitutions entrant dans le cadre du projet d’éducation artistique et culturelle <<Graines d’espoir>>. Initiée par l’espace culturel Théâtre Soleil, ce projet se veut un cadre d’initiation des enfants à la pratique artistique, notamment le théâtre, la musique, la danse, le dessin, etc.

Le théâtre Soleil est une structure culturelle du Burkina Faso, à la fois de formation, de création, et de diffusion dont l’ambition est de contribuer à insuffler de nouvelles énergies en matière de travail créatif et de favoriser l’accès des populations, le jeune public surtout, aux spectacles vivants. C’est dans cette dynamique que ladite structure a initié, en 2015, <<Graines d’espoir>>, un projet d’éducation artistique et culturelle destiné aux jeunes publics. Et pour la saison 2020-2021 de ce projet, le Théâtre Soleil a accueilli environ 427 enfants de 23 écoles (publiques et privées), dont deux écoles maternelles, six établissements secondaires, 15 écoles primaires de la commune de Ouagadougou.

Ainsi, la cérémonie qui s’est tenue dans la soirée de ce 29 mai 2021 dans l’enceinte du Théâtre Soleil, marque la fin de plus de huit (8) mois d’initiation des enfants, à l’éducation artistique et culturelle. Et à en croire Thierry Ouéda, Directeur du Théâtre Soleil, ce cycle de formation artistique et culturelle a été animé par des artistes professionnels bénévoles. De façon substantielle, les enfants ont, pendant tout ce temps, pris part à des ateliers pratiques d’art , notamment le théâtre, la musique, la danse, le dessin, l’initiation aux instruments de musique traditionnelle (djembé, balafon, doum-doum). De ce fait, Monsieur Ouéda a fait savoir que cette initiative tombe à point nommé pour soutenir et accompagner l’action gouvernementale dans la stratégie de valorisation des arts et de la culture dans le système éducatif burkinabè.

Dans l’ensemble, c’est dans une ambiance non pas des mondres que les enfants ont, à travers des démonstrations, rendu leurs acquis artistiques et cultuels appris tout au long de leur formation. Des pièces théâtrales, en passant par la danse, la musique et des cas pratiques de dessins, les enfants auront convaincu toute l’assistance, et le tout, sous l’admiration de leurs parents, des autorités et bien-sûr du parrain de cette présente saison, l’acteur, comédien et metteur en scène burkinabè, Ildevert Méda. Par ailleurs, ce dernier n’a pas hésité à exprimer son satisfecit face au talent que détiennent les <<artistes>> de ce soir, malgré leur jeune âge. Et à l’entendre, accepter de parrainer cet événement est pour lui, une manière de donner un sens à son existence et à son travail.

“Bien que l’objectif n’est pas forcément de les voir tous devenir des artistes, force est de reconnaître que ces enfants sont exceptionnels, au regard de ce qu’ils nous ont montré ce soir malgré le peu de temps d’apprentissage. C’est un honneur pour moi de contribuer à ce qu’ils puissent avoir la chance de toucher à l’art. Car, moi, en tant que pratiquant de l’art, je sais à quel point cela peut leur faire du bien. Et pour dire vrai, je suis vraiment bluffé par ce que je viens de voir. L’art, ça dort en eux, ça sommeille en eux, il faut juste le réveiller. Vu sous cet angle, cette initiative est à saluer et a soutenir”, a martelé Monsieur Méda.

Même son de cloche pour Issa Barry, représentant du Fonds de développement culturel et touristique (FDCT). Pour lui, toutes les félicitations et encouragements vont à l’endroit du premier responsable du Théâtre Soleil, pour avoir investi dans la jeunesse pour la promotion des arts. “Nous avons vu ce soir, des enfants passionnés et dévoués, chose qui augure de belles perspectives pour la promotion artistique au Burkina Faso”, a-t-il indiqué.

De façon globale, les enfants ont, dans l’ensemble, manifesté leur joie quant a la possibilité qui leur a été offerte d’avoir accès à la pratique de l’art. Dans la foulée, Choumali Khaligé Wend-yam Elianne, une des bénéficiaires du projet, par ailleurs élève en classe de CM2, s’est dite très satisfaite du déroulement de la formation. Selon ses propos, cette initiative est d’une grande importance pour elle, en ce sens même que ce qu’elle a apprise lui a parfois servi à l’école.

De ce qui ressort cependant des dires du Directeur du Théâtre Soleil, la tenue de cette saison a été possible grâce au fond Covid, au BBDA, et les formateurs à travers le bénévolat qu’ils ont offert en encadrant ses enfants.

 

Boukari OUEDRAOGO
Fabrice Parfait Sawadogo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
8 ⁄ 4 =