ven 21 juin 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Promotion des langues maternelles: RITLAMES ferme ses portes avec une note de satisfaction

L’apothéose de la 3e édition des « Rencontres internationales du théâtre en langues maternelles », a eu lieu ce samedi 18 novembre 2023, à Ouagadougou. Deux espaces ont été servis de cadre pour la cérémonie de clôture notamment la résidence Zoungrana qui a abrité la cérémonie de remise des prix « Baoré 2023 » et l’espace Gambidi qui a accueilli les prestations artistiques. Á l’occasion, Halidou Ouédraogo, a remporté le grand prix Baoré 2023 et l’Association de Aboubacar Dicko s’offre le prix Espoir Baoré 2023.

Valoriser les arts de la scène au profit des langues nationales, tel est le défi que s’est fixé le comité d’organisation des Rencontres Internationales du Théâtre en Langues Maternelles (RITLAMES) depuis maintenant trois ans. Trois ans de lutte pour faire des langues maternelles une priorité sur la scène artistique. Pour la troisième fois, les organisateurs marquent un arrêt pour décerner des prix à ceux qui oeuvrent pour la promotion des langues maternelles.

Halidou Ouedraogo, récipiendaire,«C’est une surprise pour moi, car admis à la retraite,je n’aurai pas m’attendre à un prix pour le travail que j’ai fait au cours de mon parcours professionnel».

Ce fut le cas avec Halidou Ouédraogo qui s’est vu primer du « prix Baoré 2023 » par les organisateurs dudit festival à la clôture de la 3e édition. Le récipiendaire dit avoir travaillé dans le domaine de l’alphabétisation depuis 1974. « C’est un sentiment de joie qui m’anime ce soir d’avoir reçu ce prix. C’est une surprise pour moi, car, admis à la retraite, je n’aurai pas m’attendre à un prix pour le travail que j’ai fait au cours de mon parcours professionnel. Pour cela, j’encourage les initiateurs de cette formation et je les félicite déjà pour ce qu’ils viennent de réaliser », s’est-t-il réjoui. Et d’ajouter que sa contribution a selon M. Ouédraogo, été au niveau de la formation. Il s’est agi, toujours pour le récipiendaire, de les enseigner à écrire leur propre texte théâtral en langues nationales.

Aboubacar Dicko , leader d’association oeuvrant dans la promotion des langues maternelles

Sentiment de joie partagé pour le second récipiendaire, Aboubacar Dicko, représentant son association qui a tout de même saluer l’initiative et se réjouit de son prix « espoir Baoré 2023 ».

Yougbare Sidiki, Fondateur , promoteur de RITLAMES «le prix Baoré vise à rendre hommage toutes personnalités physiques et morales qui oeuvrent pour la promotion de nos langues».

Cet événement culturel, artistique et même éducatif, qui a bénéficié du soutien du fonds de développement culturel et touristique( FDCT) via son programme d’appui à l’industrie culturelle et à la gouvernance de la politique culturelle (PAI-GC) avec l’appui de l’UnionEuropéenne, est le fruit de l’expertise de Yougbare Sidiki, Fondateur de l’association Kala-Kala. Il note un bilan satisfaisant. « Le grand défi était de pouvoir tenir la 3e édition. Grâce au soutien de nos partenaires, nous l’avons commencé le 15 novembre dernier. L’innovation de cette édition était aussi la formation en écriture dans sa propre langue. Durant trois semaines nous avons pu réaliser cette formation et lancer un appel pour l’inscription à l’issue. Où des textes lauréats ont été choisis. Et, au cours des soirées de RITLAMES, ces textes ont été restitués. On peut dire qu’on est satisfait », a-t-il apprécié.

La prochaine édition sera, à l’en croire, en réflexion dans le comité à savoir s’il faut la tenir l’année prochaine ou dans deux ans. Il a informé qu’ils collaborent avec une maison d’édition qui est actuellement en train de faire une mise en forme de ces textes. Pour M. Yougbaré, le prix Baoré vise à rendre hommage à toutes les personnes physiques et morales qui œuvrent pour la promotion de nos langues.

Moussa Dicko, représentant du ministre de la culture « les langues nationales sont un vecteur très important pour la promotion de notre culture.Et,à l’en croire,son département sera là pour accompagner ces activités.»

Le représentant du ministère chargé de la Culture, Moussa Dicko, a salué l’initiative. Selon lui, les langues nationales sont un vecteur très important pour la promotion de notre culture. Et, à l’en croire, son département sera là pour accompagner ces activités.

Placé sous le thème : « Théâtre en langues maternelles, une question d’identité culturelle », RITLAMES 2023 qui est porté par l’association Kala-Kala en collaboration avec les plaisirs chiffonnés, a, lors de la cérémonie de distinction, connu une centaine de participants. Ce sont des conteurs, des comédiens, des dramaturges et des musiciens mais aussi des habitants du quartier Dassasgho. Ladite cérémonie de clôture a continué avec la prestation en live d’artistes à l’espace Gambidi.

Les RITLAMES sont un dispositif de soutien, de diffusion, de réflexion et de dialogue autour des écritures dramatiques contemporaines en langues maternelles africaines. 

Modou Traoré (collaborateur)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

Promotion culturelle: Les masques à l’honneur à travers une exposition permanente

Le musée national du Burkina a accueilli, ce vendredi...

Festival international du pétanque: l’édition 2 s’annonce sous le signe de la solidarité

Le comité d'organisation du festival international du pétanque de...

ZAGTOULI : des rites initiées pour la paix au Burkina

À Zagtouli, un quartier de la commune de Ouagadougou,...

Industrialisation du cinéma: un pan de l’économie à la traîne

Du 25 février au 4 mars 2023, Ouagadougou a...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page