mar 28 mai 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

« Propre Liberté »: une pièce qui met à nue les soucis de gestion de certains chefs d’État

Le Carrefour International de Théâtre de Ouagadougou (CITO) a abrité, dans la soirée de ce samedi 29 avril 2023, la diffusion de la pièce théâtrale « Propre Liberté ». Adaptée du texte de l’auteur burkinabè Omar Badini, cette pièce a été mise en scène par la comédienne et conteuse Hafissata Coulibaly.

Venu au pouvoir après un très long règne de son prédécesseur, Siméon, un Chef d’État, se retrouve confronté aux dures réalités de la gestion du pouvoir. Pressions sociales, promesses électorales, gestion des ressources, chantages, les pertes en vie humaines, bref, ce sont entre autres les difficultés auxquelles fait face ce président qui se retrouve presqu’au bord de l’asphyxie. C’est du moins ce que l’on puisse retenir de « Propre Liberté », une pièce montée dans un style simple et digeste par la comédienne et conteuse Hafissata Coulibaly.

« Mon souhait est que cette pièce puisse tourner dans tout le pays », Hafissata Coulibaly

Inspiré donc du texte de l’auteur burkinabè Omar Badini, cette pièce ressort de façon simple toutes les tristes difficultés de la gestion du pouvoir, contrairement à ce que l’on pourrait s’imaginer. Pour Haffisata Coulibaly, l’idée était de montrer le côté assez complexe de la gestion du pouvoir. « Beaucoup de dirigeants font des promesses électorales et une fois au pouvoir, ils se rendent compte des réalités. Aussi nous, populations, exerçons beaucoup de pressions sur eux, tout en ignorant qu’ils se retrouvent embourbés dans des soucis. C’est donc une situation assez complexe que certains d’entre eux traversent constamment », a-t-elle expliqué.

À noter que ce texte de Omar Badini, Hafissata Coulibaly le decouvre véritablement en 2018. Après l’avoir donc lu, elle décide de le mettre en scène. De ses dires, ce texte lui a inspiré de par sa simplicité mais aussi et surtout du fait qu’il sort de l’ordinaire. « Les comédiens avaient le texte une année avant, mais la création proprement dite a pris trois mois. En fait, quand j’ai lu le texte en 2018, j’ai tout de suite décidé de le mettre vainement en scène, par faute moyens et de soutiens. Néanmoins, nous avons décidé de commencer. Et nous avons pris tout le mois de janvier 2023 pour la création scénique. La première vague de diffusion s’est déroulée en février dernier, lors de laquelle nous avons joué sur quatre dates. Cette dernière date entre dans le cadre de la 2e vague de diffusion qui a débuté le 19 avril dernier, ici au CITO », foi de madame Coulibaly.

Pour Sylvain Assabou, le travail de création a été une expérience passionnante

Trois comédiens ont donc pris part à cette pièce. Ce sont notamment Hafissata Coulibaly, Gaël Lussala Mavambu, et Sylvain Assabou, qui a lui, joué le rôle de Siméon le Président de la République. Pour ce dernier, c’est la première fois qu’il décrochait un tel grand rôle dans une pièce. Ce fut donc une très belle expérience, car étant lui-même comédien de cinéma. « Je suis d’abord comédien de cinéma; et cette première expérience dans le théâtre m’a permis de pouvoir faire la part des choses. Notons que je me suis inscrit au Théâtre du Cartel, il y a 3 ans. Ce rôle me permet donc de mettre en pratique ce que j’ai appris. Et j’espère avoir plus d’opportunités pour encore me perfectionner », a-t-il confié.

Du reste, Hafissata Coulibaly entend diffuser cette pièce dans toutes les 13 régions du Burkina Faso. Pour ce faire, elle dit espérer décrocher des soutiens qui lui permettrons de relever ce grand défi.

Boukari OUEDRAOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

Nahouri : festival des Retrouvailles du Nahouri, act 1 prévu à Pô

La première édition du festival des Retrouvailles du Nahouri...

Burkina/Solidarité : Des artistes et acteurs culturels natifs de mai font parler leur cœur

Le camp militaire général Sangoulé Lamizana a accueilli ce...

Education artistique: Graines d’espoir 2024 referme les portes

C’est par une cérémonie de restitution, que le projet...

FEMUZO 2024 : C’est parti pour l’acte 7

Le Festival de musique de Zogona (FEMUZO) a ouvert...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page