jeu 25 juillet 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Quand la danse africaine s’invite dans l’éducation des mômes.

La restitution de l’atelier de formation artistique organisé par l’Association Kalongo Solidarité et animé par Marius Sawadogo a eu lieu le samedi 16 juin 2018 à Ouagadougou. Plus de quinze enfants dont l’âge varie entre 4 et 12 ans ont, en 3 mois d’apprentissage livré un spectacle de fin de formation de danses africaines devant leurs parents, amis et connaissances au CDC la Termitière.

Au nombre de ces activités artistiques qui contribuent au rayonnement de  la culture burkinabè figure la formation en danse africaine qu’organise chaque année l’Association Kalongo Solidarité au profit des enfants. Elle est l’initiative du danseur, chorégraphe, comédien et conteur burkinabè Marius Sawadogo qui, depuis quatre (4) ans, aurait compris l’utilité et l’importance de l’activité artistique pratique dans l’éducation des enfants. C’est dans un tel esprit qu’il tient régulièrement des ateliers de formation à l’endroit du jeune public.

La formation dure ainsi un trimestre suivi d’une restitution devant les parents. Durant ce temps d’apprentissage artistique l’enfant a droit à une initiation pratique aux danses africaines, l’occupation scénique, la concentration et tous autres exercices artistiques qui contribuent à développer et à renforcer ses aptitudes.

Dans cette dernière restitution, la quinzaine d’enfants, pendant 30 à 40 minutes, a livré un spectacle de danse aux rythmes bien harmonisés du balafon, du djembé et du tambour. Dans une chorégraphie bien élaborée, assez adaptée aux gosses et sous le regard édénique des parents, nos tout-petits ont pris du plaisir (cela se lisait sur leur visage d’ange) à nous imposer naturellement leur savoir-faire artistique. Le public n’a pas caché son désir manifeste de les réclamer par des « bisser, bisser, bisser ».

Cependant, il était permis de constater que la plupart de ces enfants étaient issus d’une autre strate sociale favorisée. Est-ce à dire qu’une minorité de Burkinabè ou d’expatriés européens vivant au Burkina Faso auraient compris la place de l’art dans l’éducation de leurs mômes ? En tout cas ce n’est pas une question de coût car l’inscription se fait à seulement 20 000 FCFA par enfant et par trimestre.

Les prochaines inscriptions sont ouvertes à partir de septembre 2018 pour d’autres aventures. Alors chers parents, hâtez-vous car les places sont limitées. Pour plus d’informations, veuillez contacter 00226 79 08 00 81/ 76 11 97 58/ 79 02 52 81.

Source: Malick Saaga

Info Culture du Faso, votre plateforme culturelle par Excellence !!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

Danse Kalma : MC Stéphane sort une œuvre musicale chorégraphique

« La reconquête de Koumbli » est la nouvelle galette musicale...

Expression des arts culturels: La 16e édition de « Engagement féminin » se poursuit

L’Association Artistique Développement (Art’Dév) tient depuis le 8 janvier...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page