Actualités Culture Société

Réhabilitation du musée national : l’ambassadrice Apolline Traoré entame le combat de la revalorisation

En marge de la journée internationale des musées, nous avons fait un tour au Musée National afin de s’imprégner des réalités du site. Ainsi par le biais de son ambassadrice, le musée a entrepris un projet de récolte de financements afin de procéder à la construction de plusieurs casses représentatives des différents groupes ethniques du pays des hommes intègres. Ce mardi 18 mai 2021, l’ambassadrice a donné les détails des financements obtenus afin d’entreprendre cette revalorisation.

Le Burkina Faso compte une soixantaine d’ethnies. Afin que chaque ethnie ait une représentation au niveau du musée national , l’ambassadrice du musée Apolline Traoré a entrepris des démarches pour obtenir un accompagnement financier. À ce effet, elle s’est penché sur les détails dudit projet, ce mardi 18 mai 2021, à l’occasion de la journée internationale des musées. À ce stade, le projet concerne la construction de 6 casses ethniques financées par la coopération suisse, coris banque internationale, des sociétés minières et plusieurs autres partenaires. Il est prévu pour un durée de 12 mois. À entendre Appoline Traoré, ce projet a été initié pour la réhabilitation du musée en général et la valorisation ethnique au sein du musée en particulier.

« Le projet, je l’avais entrepris depuis des années.. En effet, je voulais d’abord construire 11 casses ethniques afin de valoriser nos différents groupes ethniques. En plus de cela, mon objectif c’est de participer, par ma contribution, à la réhabilitation du musée. Nous avons un grand espace non utilisé ici, et je me suis dite pourquoi ne pas commencer quelque chose qui mettra en valeur nos cultures », a-t-elle déclaré. Elle a également indiqué que le choix des 11 casses est dû au fait que la représentation de nos différentes ethnies était une chose difficile de part leur diversités. «nous avons beaucoup d’ethnies ici au Burkina Faso. Donc on a décidé de commencer avec le projet des 11 casses. L’idée c’est que toutes les ethnies du Burkina puissent avoir une représentation. Dans ces casses, il y’aura des expositions d’œuvres en rapport avec chaque ethnie représentée », a-t-elle ajouté.

Rasmata Maïga/ Sawadogo, Directrice du Musée national, a trouvé cette initiative «  ingénieuse » en ce sens qu’elle vient combler un vide du musée. « Quand les visiteurs viennent, après la visite des expositions, nous n’avons pas de local pour les accueillir. Et cela depuis des années, nous avons essayé de palier cette question en vain. Je salue la détermination de l’ambassadrice qui a valu l’accomplissement de ce projet », s’est elle réjouie. Il faut noter que ce projet concerne 11 casses de représentation. Cependant à l’heure actuelle, 6 casses ont reçu les financements nécessaires. Ainsi, l’ambassadrice a lancé un appel aux bonnes volontés, physiques ou morales, afin que le projet puisse se tenir à Bonne échéance.

Abdoul Gani BARRY ( stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
11 − 1 =