jeu 18 juillet 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

« Rendez-vous chez nous »: Le capitaine Thomas Sankara honoré à travers une parade artistique au jour 3

Financé par le Fonds de Développement Culturel et Touristique (FDCT) à travers son Programme d’appui aux industries culturelles et à la gouvernance de la culture (PAIC-GC), de la 14e édition du festival « Rendez-vous chez nous » qui bénéficie également de l’appui de l’Union européenne (UE), le collectif Arts, Clowns, Marionnettes et Musiques dans Nos Rues « ACMUR » en collaboration avec la structure « Deux Heures Pour Nous, Deux Heures Pour Kamita », a poursuivi, ce samedi 18 novembre 2023, à Ouagadougou, ses activités qui se dérouleront jusqu’au 19 novembre 2023. Pour ce qui est de cette journée, elle a été marquée par une parade artistique composée de grandes personnes de Boromo et fanfare, des cavaliers, des balafonistes et les partenaires sur le boulevard Thomas Sankara qui vise à rendre hommage au capitaine Thomas Sankara.

Sur l’axe Mémorial Thomas Sankara en passant par le boulevard Thomas Sankara jusqu’à l’université Joseph Ki-zerbo, la parade artistique initiée par les organisateurs du festival « Rendez-vous chez nous », a durant une quarantaine de minutes, fait de la circulation un évènement spectaculaire. Les usagers de cette route ont admiré soit à l’arrêt, soit au passage, cette parade artistique.

Marcel Ouedraogo administrateur du festival «Rendez vous chez nous »,« C’est une parade qui vise à rendre hommage au capitaine Thomas Sankara».

« C’est une parade qui vise à rendre hommage au capitaine Thomas Sankara. Cette belle parade artistique fait partie des activités majeures de l’édition 2023. Nous avons également installé un chapiteau à l’espace Camara Laye qui est mobile. Il faut dire que ce type de chapiteau est une première en Afrique de l’Ouest », a affirmé Marcel Ouédraogo, administrateur du collectif ACMUR et du festival « Rendez-vous chez nous ».

Mathieu Kalmougou, représentant de « Deux heures pour nous Deux heures pour Kamita ».

En collaboration avec « Deux heures pour nous deux heures pour Kamita », la magnifique parade a pris fin à l’espace « Deux heures pour nous, Deux heures pour Kamita », située à l’intérieur de l’université Joseph Ki-zerbo. « Ils nous ont fait savoir que cette édition est spéciale. C’est-à-dire, vouloir collaborer avec les étudiants des différentes universités. Et, nous les aidons à avoir accès aux étudiants. Notre contribution est donc pratique. Il y a eu déjà des fruits à partir du moment où des étudiants recommandent une nouvelle fois ces activités dans les cités universitaires », a signifié Mathieu Kalmougou, représentant de « Deux heures pour nous, Deux heures pour Kamita ».

Nous souhaitons alors« la paix au Burkina Faso », Sidema Konaté, responsable des balafonistes

Et, c’est au balafoniste Sidema Konaté d’exprimer sa joie. A l’en croire, il dit avoir accompagné le festival à travers la musique traditionnelle depuis la première édition. Il dit également avoir pris du plaisir toutes ces années passées avec les organisateurs mais il déplore cette année la réduction du nombre de festivaliers par rapport aux années antérieures. Cela, dit-il, se justifie par la crise sécuritaire. Nous souhaitons alors « la paix au Burkina Faso », a-t-il souhaité.

Les activités de la journée se poursuivent avec le spectacle « Démocratie for U » à la cité universitaire de Kossodo à partir de 14H00 (Gmt) et avec des prestations d’artistes à partir de 20H00 à l’espace Camara Laye de Gounghin.

Modou Traoré (collaborateur)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

DÉDICACE : Sofiano avec maturité rebelote avec un 4e album

Sofiane Balzak Kanazoé, connu sous son nom de scène...

Danse Kalma : MC Stéphane sort une œuvre musicale chorégraphique

« La reconquête de Koumbli » est la nouvelle galette musicale...

Nécrologie : KINDISS, le « Roi du Binon » s’en est allé

C’est avec tristesse que nous avons appris le décès...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page