Actualités BBDA Société

Rentrée du droit d’auteur 2019 : 2 jours de réflexion pour valoriser les contenus nationaux.

Dans son objectif d’œuvrer à l’épanouissement des auteurs et de contribuer à promouvoir la culture, le Bureau burkinabè des droits d’auteurs (BBDA) fait sa rentrée de droits d’auteur (RDA) du 24 au 26 octobre 2019 dans la région du Centre-Est. La cérémonie d’ouverture des travaux entrant dans le cadre de la 4e édition a eu lieu, le jeudi 24 octobre 2019 à Tenkodogo. Dans sa mission de la gestion de protection de droits voisins, le BBDA, à travers l’organisation de six (6) panels, entendent réfléchir sur les contenus nationaux et trouver des stratégies en vue de les dynamiser.

A cette manifestation, la conseillère technique du gouverneur du Centre-Est, Angeline Nikiema/Oubda, par ailleurs, la représentante du ministre en charge de la culture a indiqué cette manifestation est d’une portée majeure car elle vise la promotion, la protection et la valorisation des diversités culturelles.
En effet, le thème de cette 4e édition de la rentrée du droit d’auteur (RDA) intitulé : « Droit d’auteur et valorisation des contenus nationaux », est révélateur au triple plan technique, économique et culturel. Lequel s’inscrit dans la dynamique, a-t-elle précisé, consiste à vulgariser le droit du créateur artistique.


Par la suite, elle a poursuivi que ces spécificités dudit droit requièrent de la compréhension qui ne saurait être l’apanage des acteurs qui se préoccupent à créer qu’à défendre les fruits de leur création. Le Directeur du BBDA, Wahabou Bara a confié qu’au-delà des droits d’auteurs il s’agit d’identifier identité culturelle. Avec l’avènement du numérique, a-t-il laissé entendre, les Africains sont envahi par des programmes conçus à partir de l’Occident dont les contenus sont en rupture avec les comportements des populations.

Wahabou Bara a fait savoir que cette rencontre avec les organes régulateurs qui ont des missions assignés propre a l’espace UEMOA sur le respect des quotas sur les œuvres d’expression nationales. Dans la même logique, la première adjointe au maire de la commune de Tenkodogo, Diane Combary/Oubda a soutenu que la reprise des activités du BBDA est une opportunité pour magnifier la création artistique locale. Et de compléter que la structure entend aussi traduire son attachement à cette couche sociale dont la privation de liberté ne saurait signifier le manque de créativité. C’est pourquoi Diane Combary/Oubda a salué la solidarité africaine pour ce rendez-vous de Tenkodogo et, encouragé à des efforts de participation à ce séminaire.


Abondant dans la problématique de la promotion le droit d’auteur sur le continent, Angeline Nikiema a notifié que le panel doit réaffirmer la nécessité de partager les expériences entre bureau de gestion collective et l’apport des instances de régulation des média. Car, comme l’a souligné Diane Combary, l’expression culturelle entre les peuples, regorge de similitudes malgré les barrières. Pour elle sa commune a été honorée et dit partager cette conviction de partages avec les responsables du BBDA à promouvoir les diversités cultuelles. Angeline Nikiema/Oubda a, d’ailleurs, recommandé aux acteurs d’aboutir à des idées pertinentes en vue de dynamiser le droit d’auteur.

En rappel, sont présents à ce panel, les artistes créateurs et des structures comme les bureaux des droits d’auteurs de la Côte d’Ivoire, de Mali, du Niger et du Sénégal, et des structures telles la CERAV/Afrique, la SACEM, l’organisation internationale de la francophone (OIF) et l’Union économique ouest africaine (UEMOA).

Achille ZIGANI depuis Tenkodogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
20 − 8 =