lun 27 mai 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

RITLAMES: la 3e édition annoncée du 15 au 18 novembre prochain

Les organisateurs des Rencontres Internationales de théâtre en langues maternelles (RITLAMES) ont décliné les grandes articulations de la 3e édition prévue du 15 au 18 novembre 2023 qui se tiendra sous le thème: « Théâtre en langues maternelles, une question d’identités culturelles », à l’université Joseph Ki-Zerbo. C’était ce jeudi 2 novembre dans les locaux de ladite université, face à la presse.

Les RITLAMES sont le fruits d’une action collaborative entre l’association Kala-Kala Théâtre ou « L’oiseau message » et les Plaisirs chiffonnés. Créée en 2007 au Burkina Faso, l’association Kala-Kala théâtre s’inscrit dans la promotion du théâtre en langues maternelles africaines. C’est une manière pour elle de diversifier l’offre culturelle en donnant l’occasion aux artistes et aux spectateurs de se retrouver autour de leurs langues, une question de valoriser le patrimoine littéraire burkinabè.

Sidiki Yougbaré, « L’objectif général des RITLAMES est de promouvoir les arts de la scène au prisme des langues nationales »

D’ailleurs, Sidiki Yougbaré, directeur artistique et promoteur des RITLAMES, a affirmé que c’est dans cette dynamique que les RITLAMES ont été initiées. Elles sont une manifestation structurante, innovante sur les langues maternelles, a-t-il avancé. « L’objectif général des RITLAMES est de promouvoir les arts de la scène au prisme des langues nationales », a fait savoir le promoteur qui a ajouté que la manifestation de la 3e édition se déroulera en deux phases. Il s’agira premièrement d’un volet de formation à l’endroit des auteurs de théâtre qui désirent écrire des textes dramatiques en langues maternelles.

Pour ce faire, a expliqué Sidiki, un appel à des textes inspirés de la thématique « Souffles » sur toutes les langues du Burkina Faso a été lancé le 14 mars 2023. Ces textes, poursuit-il, ont été soumis à l’appréciation d’un jury et feront l’objet d’une transcription puis d’une mise en lecture scénique pendant le festival. A ses dires, le deuxième volet portera sur le festival proprement dit. Ce volet, a-t-il expliqué, va consister à tenir en quatre jours, du 15 au 18 novembre 2023, deux panels sous le thème central de l’édition. Une journée sera consacrée à la remise des prix Baoré, a fait savoir Sidiki, qui précise aussi, entre autres que les RITLAMES 2023 s’adresse aux lecteurs du théâtre, aux troupes et compagnies de théâtre, aux journalistes culturels, aux populations rurales et urbaines, les partenaires techniques et financiers.

Hippolyte Kanga, « A chaque édition, il y a un plus »

Hyppolite Kanga, président de l’association Kala-kala théâtre, s’est plutôt appesanti sur les innovations apportées à l’édition 2023. A cet effet, contrairement aux éditions précédentes, pour l’édition 2023, les auteurs de théâtre seront formés avant le festival, a avancé Hyppolite, avant de souligner la diversification des partenaires pour cette 3e édition.

Néanmoins, il a souligné, les difficultés liées au caractère spécial des langues maternelles et le contexte sécuritaire du pays. « Financièrement, c’est difficile mais physiquement, humainement et techniquement, on s’en rend compte qu’il fallait innover », a-t-il avancé, avant de confier « à chaque édition, il y a un plus ».

Yéyé Abdoulaye, « Quand on fait le parcours des éditions précédentes, on s’en rend compte que les textes écrits en langues, il y a beaucoup de manque »

A la suite du président de l’association Kala-kala théâtre, Yéyé Abdoulaye, administrateur culturel du projet des RITLAMES, pour sa part, a évoqué la méconnaissance des langues maternelles. « Quand on fait le parcours des éditions précédentes, on s’en rend compte que les textes écrits en langues, il y a beaucoup de manque », a-t-il confié.

Selon lui, c’est ce qui justifie l’importance des RITLAMES auxquelles il a d’ailleurs invité le public à participer massivement.

Barnabé NAMOUNTOUGOU (Collaborateur)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

Burkina/Solidarité : Des artistes et acteurs culturels natifs de mai font parler leur cœur

Le camp militaire général Sangoulé Lamizana a accueilli ce...

Education artistique: Graines d’espoir 2024 referme les portes

C’est par une cérémonie de restitution, que le projet...

FEMUZO 2024 : C’est parti pour l’acte 7

Le Festival de musique de Zogona (FEMUZO) a ouvert...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page