SHOW-BIZ : Sana Bob réclamé encore sur le podium à Koubri à l’occasion de la cérémonie d’ouverture du Centre BOAMANI.

 SHOW-BIZ : Sana Bob réclamé encore sur le podium à Koubri à l’occasion de la cérémonie d’ouverture du Centre BOAMANI.

A l’occasion de la ceremonie d’ouverture samedi 10 novembre dernier du Centre BOAMANI à Koubri, les habitants de cette localité et leurs invités venus d’un peu partout, ont vu des artistes de renom se succeder sur la scène dressée à cet effet. La star du jour, Sana Bob, a offert une prestation exceptionnelle et hors du commun digne des grands jours.

Plusieurs acteurs de la culture s’etaient donné rendez-vous le week-end dernier à Koubri pour l’ouverture de la résidence d’initiation, de formation et de perfectionnement artistique et culturelle dénommée BOAMANI AFRICA. Un joyau au profit du devolepement culturel national mis en place par l’artiste Abidine Dioari avec le soutien de la fondation A&SI (Arts & Solidarité Interculturelle).

Après les prestations des autres artistes invités, le crieur public vêtu tout en blanc, a su entretenir les spectateurs qui se laissaient guider par les émotions qu’il partageait.
Sur ce plateau de cette cérémonie qui marque en réalité le démarrage officiel des activités, plusieurs autres artistes ont apporté, chancun sa touche personnelle à la reussite de la manifestation. Notamment ” le père des Rastas de Koubri, Hima Ado, Océan, Zidass l’homme de warba, Siaka avec sa formation “La force de l’amitié”, l’Humoriste Bala le Citoyen et la formation Lawelgué de percussion africaine.
Lorsque que Sana Bob a été annoncé par le présentateur du jour, le “rasta”, Maman Afrika, les mélomanes l’ont accueilli à travers des cris de joie. Des émotions d’allégresse qui vont alors se multiplier au fur et à mesure que le mercure montait.


Avec les instrumentistes modernes et traditionnels derrière, Koubri a bel et bien vibré aux rythme du reggae. Et surtout de musiques traditionnelles africaines dans lesquelles s’expriment des instruments du terroir comme le Rudga ou violon traditionnel et la Cora.
“Koubri Kamba” ou ” les enfants de Koubri” en langue locale mooré ont gardé alors les telephones allumés en permanence jusqu’à la fin. Tous debout autour du podium, hommes et femmes de tout âge avaient les bras en l’air et ont dansé du reggae, warba, Wed bindé à travers les chansons comme NASSAR NAAM; MON PAYS O; VIVRE ENSEMBLE…

Au moment où Sana Bob a finit et qu’il partait, presque tout le monde à lever les bras pour le réclamer encore sur scène. Le public en majorité des jeunes ne voulaient même plus laisser le reggae- maker repartir à Ouagadougou. Face à une telle réaction des fans venus l’aduler, le prêcheur de la paix ne pouvait rester indifférent. Il remonte encore de façon fracassante sur le podium pour continuer le show et démontrer clairement son énergie débordant et intarissable dans cette nuit symbolique pour les habitants de la cité. La fête s’est tenue dans une ambiance des grands moments en présence d’autorités administratives, coutumières et religieuses.
Le lieu pour, Sana Bob, l’artiste engagé pour l’education de prôner des messages de paix, de solidarité, d’espoir et de soutien aux Forces de défense et de sécurité (FDS) face à l’insécurité que connaît le Burkina-Faso.

Filasko Moussa Kaboré

Parfait SAWADOGO

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
15 ⁄ 5 =