dim 16 juin 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

SITA 2018: Sana Bob donne de la voix à la cérémonie d’ouverture à Ouaga pour soutenir le textile africain.

La 5 ème édition du (SITA) s’est ouverte dans la matinée de ce mercredi 28 novembre au niveau du SIAO. Considéré comme étant le plus grand salon dédié au textile du continent, il se tient cette année sous le thème « avenir du textile africain : défis environnementaux et perspectives de développement socio-économique ». La cérémonie d’ouverture a été marquée par des allocutions et animation musicale avec notamment Sana Bob qui est allé soutenir les acteurs du mouvement et le travail que ceux-ci abattent sur le terrain. SITA 2018 va s’étendre jusqu’au 30 novembre 2018 autour de plusieurs activités dont expositions et défilés.

Durant trois (3) jours, Ouagadougou sera le lieu de croisade de l’ensemble des acteurs du textile africain pour une communion entre eux, mais aussi et surtout des échanges directs avec des autorités au plus haut sommet des pays du continent. La cérémonie d’ouverture s’est tenue précisément dans la matinée de ce 28 novembre sur l’avenue des Tensoba en face du parc d’exposition du SIAO. Les organisateurs se focalisent sur l’identité africaine en s’appuyant sur les mots du professeur Joseph KI-ZERBO: « l’identité est nécessaire pour le développement ».


Paul Robert Tiendrebeogo, Ministre de l’intégration africaine et des Burkinabè de l’étranger qui représentait le Chef de l’État, a rappelé que c’est toujours un plaisir de célébrer la culture et les valeurs qui concourent à l’identité et à la fierté des peuples. Celui-ci tout comme le chanteur Sana Bob, a tenu à saluer les acteurs qui « bravant au quotidien des conditions de travail parfois difficile, parfois draconiennes mais toujours harassantes, traduisent aux yeux du monde la force de la créativité africaine et l’image de la beauté de l’Afrique, cette Afrique décomplexée, cette Afrique conquérante qui entend à travers le travail de ses fils sortir définitivement des chaînes de la dépendance et l’aliénation »,dit-il avant d’inviter tous à porter sans complexe, l’ensemble des tenus authentiques de  » chez nous ». . Concernant le reggae-maker Sana Bob, signalons qu’il est un fervent défenseur et promoteur de Faso DANFANI, KÔKÔ DUNDA et autres tissus d’origines burkinabè et/ou africaines.


Dans son discours à l’ouvertue, la directrice générale du SITA, Antoinette Yaldia, a precisé que cette édition œuvre dans la continuité des objectifs poursuivis par les précédentes. C’est-à-dire dire magnifier et promouvoir à la fois le textile africain dans sa diversité. Pour cela, il faut dans un premier temps reconnaître que les acteurs de la filière coton sont positivement entrée dans l’histoire. Elle adresse ses remerciements au Chef de l’État qui soutien l’événement. D’ailleurs, le Président Roch Kaboré s’habille beaucoup en vêtements conçus avec des tissus locaux et africains dont le Faso DANFANY et le KÔKÔ DUNDA. La cérémonie d’ouverture a été marqué par une parade de tenues traditionnelles africaines. L’exercice a permis aux 13 régions du Burkina et des pays invités de défiler, montrant alors aux yeux du monde, un pan de la diversité vestimentaire du continent africain.


Aussi, afin de permettre aux participants de découvrir les richesses des pays africains en matière de textile, il est prévu une exposition-vente du 28 au 30 novembre au niveau du pavillon arc-en-ciel du parc d’exposition du SIAO. Des soirées de défilés grand public sur le podium du parc d’exposition du SIAO tous les soirs du 28 au 29 sont aussi au programme les 28, 29 et 30 novembre. Avec la participation d’une trentaine de pays africains.
Une conférence internationale en rapport avec le thème du 5ème SITA aura lieu le 29 novembre 2018 à l’hôtel Pacific où les professionnels vont se pencher sur l’avenir du textile africain.

Le président Téodoro Obiang NGUEMA de la Guinée Equatoriale patron de la cérémonie était représenté à l’ouverture par son ministre des transports Eucario Bakale Angue OYANA tandis que la présidente de la commission de l’Union africaine par Joséphine Charlotte Kala MAYOUMA.

Fabrice Parfait Sawadogo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

Décoration: Un salon ouvert au public au CENASA pour valoriser les talents

La deuxième édition du Salon international de la décoration...

Clap de fin pour la 4e édition du FITMOV

La cérémonie officielle de clôture, intervenue le 10 décembre...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page