SOLIDARITÉ : Holy création annonce la deuxième édition du KÕ SUNOOGO

 SOLIDARITÉ : Holy création annonce la deuxième édition du KÕ SUNOOGO

La deuxième édition du Kõ Sunoogo se tiendra le samedi 19 novembre 2022 aux alentours de la mosquée Oumarou Kanozoé. L’annonce a été faite par la promotrice de l’évènement Clémence Zongo dans un entretien accordé à Infos Culture du Faso.

C’est une activité menée en vue de semer les graines de l’amour dans les cœurs. Ciblant les femmes et enfants déplacés internes, l’initiative consiste non seulement à redonner le sourire, mais de nouer des contacts avec des personnes déplacées internes afin qu’elles puissent mieux éduquer leurs enfants et se sentir à l’aise. «Le but de cette activité, c’est de vraiment toucher le fond, le cœur et arraché la haine. Actuellement, chaque personne est dans les nerfs ou vit peut-être même dans la négativité. Nous notre but, c’est de briser la haine dans les cœurs, de semer l’amour réel dans les cœurs.», a laissé entendre la première responsable de l’initiative.

Motivée depuis la première édition par son expérience personnelle et sa sensibilité, Clémence Zongo, compte encore étendre sa sensibilité et bercer les personnes vulnérables au regard du contexte burkinabè. «Ce qui m’a motivé, je peux dire que c’est Dieu en premier lieu. Je suis de nature sensible. Je viens d’une famille pauvre et je sais vraiment les difficultés que les gens traversent dans leurs familles. Il y avait des jours où pour avoir à manger même c’était un peu compliqué. Raison pour laquelle Dieu m’a choisi dans ce domaine pour pouvoir en retour donner de la joie à ces parents, mes frères et mes sœurs», a-t-elle raconté.

Revenant sur la création, la tenue de la première édition et le résultat abouti, la promotrice s’est dite satisfaite. Son objectif était de donner le sourire. « Avec mes propres fonds, j’ai confectionné des tenues et j’ai pu habillé 13 femmes et 8 enfants en robes. On a préparé, on a fait la fête ensemble, on les a maquillé, prendre des photos et les remettre en guise de souvenirs. Oui il y a eu satisfaction. Je peux rendre gloire à Dieu parce j’ai pu donner le sourire à beaucoup de gens, j’ai pu arraché quelque chose dans leurs cœurs», s’est-elle réjouie.

Pour cette édition, selon la représentante, des innovations majeures ont été apportées. En effet, l’édition prendra en compte des formations dans plusieurs domaines pour permettre aux personnes déplacées internes d’être plus autonomes. «À cette deuxième édition on va essayer de faire des formations. On va faire une formation en savon liquide qui va permettre à des femmes après la formation, d’avoir des revenus. Et après la formation, on va les accompagner avec des kits de formation pour pouvoir les suivre. Après cela, on va les relooker parce que cette journée là est dédiée aux femmes. On a décidé de faire la fête avec elles. Après les avoir transformer, on va manger avec elles et passer aux jeux. Parmi les jeux, il y aura des bons qu’on va initier. Il y aura des bons de formation en élevage et dans divers domaines. Il y aura aussi des bons des maisons de marque tels que Black. », a-t-elle déclaré.

Les attentes de la 2e édition sont énormes. Mais pour Clémence Zongo, seules les résultats définiront la réussite de l’activité. «À la fin de cette journée, nous voulons qu’à notre 3e édition, on puisse avoir vraiment des résultats positifs. Que les personnes que nous allons formées en divers formations, qu’on puisse les voir et dire que Kõ sunoogo a permis à trois, à quatre femmes de pouvoir subvenir à leurs besoins, d’avoir du travail et de subvenir à l’éducation de leurs enfants. C’est ce que nous recherchons vraiment dans notre 2e activité», a laissé entendre la promotrice.

Pour la réussite de l’évènement, elle a appelé les bonnes volontés à joindre leurs cœurs à l’action en apportant leurs dons. Par ailleurs, elle invite tout le monde à prendre part et à donner de la joie. «Notre appel à nos parents burkinabè, c’est d’avoir de l’amour. J’aimerais dire à mes parents, quel que soit là où tu es, si tu as cette grâce de pouvoir faire du bien, il faut essayer d’en faire. Parce qu’on nous a toujours dit que le bienfait n’est jamais perdu. Actuellement, c’est le bien que nous devons faire pour que notre pays retrouve la paix. Ensemble partageons la joie autour de nous. Laissons la négativité» , a-t-elle conclu.
Au cours de cette présente édition, une prestation d’artistes est attendue. En rappel l’activité se tiendra le samedi 19 novembre à 9h.

Interview réalisée par Boukari OUÉDRAOGO 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
3 × 18 =