THÉÂTRE : «Le test» à l’honneur au CITO

 THÉÂTRE : «Le test» à l’honneur au CITO

La 50e création du Carrefour International de Théâtre de Ouagadougou intitulée «le test» a entamé sa vague de représentation ce jeudi 10 novembre 2022 au Carrefour International de Théâtre de Ouagadougou (CITO).

Après un mois de travail intensif, le nouveau né a été présenté au public. Titré le «le test», cette mise en scène dépeint la vie de Pierre, un chef de famille qui a fouillé dans la vie privée de sa femme après avoir émis des doutes sur la paternité de son enfant. Après un test de paternité effectué avec succès qui confirmera son doute, sa vie basculera. Isolé, il finira par se tourner vers ses parents pour implorer leur aide.

Malheureusement le père sera plus préoccupé par sa campagne politique et la mère par ses voyages au détriment de la vie conjugale de leur fils. Sans aide, Pierre finira par se suicider. Toute chose qui entraînera l’effondrement de la famille Corée. Écrit par Lucas Bärfuss, la représentation fait ressortir, la cruauté des rapports familiaux, la question politique, la vie de couple, la fidélité envers les conjoints et conjointes et la fidélité à la patrie. Débuté le 10 novembre 2022, le spectacle se poursuivra jusqu’au 03 décembre 2022. Le «test» sera joué tous les mercredi, jeudi, vendredi et samedi à partir de 20 heures au CITO.

Adama Segda la secrétaire générale adjointe du ministère de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme

Pour Adama Segda la secrétaire générale adjointe du ministère de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme, cette mise en scène est une manière de sensibiliser, d’éduquer et d’amener la population à s’interroger sur ce qu’elle fait et réserve à la postérité. «Le spectacle nous permet de nous interroger sur les conditions de vie et les réalités de la vie comme dépeintes et exacerbées. C’est la triste réalité dans nos familles», a-t-elle expliqué.

le metteur en scène Salifou Kientega, le spectacle parle beaucoup des enfants illégitimes et des parents cocus

Selon le metteur en scène Salifou Kientega, le spectacle parle beaucoup des enfants illégitimes et des parents cocus. «Comme c’est une histoire de famille, souvent certains tabous, les gens n’aiment pas en parler dehors. Mais si dans la famille, il y a un doute qui se créait, il faut tout de suite trouver des solutions puisque ça peut aller jusqu’au drame», indique-t-il. Pour lui tous ces maux sont parfois occasionnés par l’excès de travail et le manque de temps à octroyer à la famille. «On est tellement préoccuper à aller au travail et à revenir parfois très tard dans la nuit qu’on n’écoute pas la famille. Un problème peut s’installer et on n’a pas le temps de donner les conseils», a laissé entendre le metteur en scène.

Vincent Bazié, l’incarnateur de Pierre, il faut plutôt privilégier le dialogue dans la famille

Pour Vincent Bazié, l’incarnateur de Pierre, il faut plutôt privilégier le dialogue dans la famille. «Quand tu fondes une famille, tu as le devoir de respecter la décision de ta conjointe et de discuter», a-t-il réclamé. Notons que cette mise en scène reste la 1re et dernière du CITO pour cette année 2022.

 

Joël THIOMBIANO

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
8 ⁄ 2 =