Actualités Spectacle Théâtre

THÉÂTRE: « Mon petit monde » appelle à la solidarité au profit des réfugiés

A l’occasion du projet Cri placenta, Nadine Dionou et son équipe ont procédé à la présentation du spectacle « Mon petit monde » ce vendredi 15 Octobre 2021 à Ouagadougou. Ce projet est mis sur pied par l’espace Gambidi, en collaboration avec l’école de théâtre Jean Pierre Guingané et soutenu par le FDCT.

Nadine Dionou, comédienne performante burkinabé et Odile Somé toutes deux interprètes du spectacle « Mon petit monde » au Théâtre Soleil, à Ouagadougou, ont égaillé leur public à travers leur spectacle. « Mon petit monde », un spectacle dans un projet qui s’intitule Cri placenta, est un spectacle de théâtre qui parle des conditions de vie difficile des femmes déplacées internes au Burkina Faso. Il évoque le problème de leur réinsertion au sein de la société; comment leur redonner espoir. Selon Nadine Dionou, promotrice et interprète du spectacle, c’est aussi une forme de dire merci à ces femmes afin de les prouver qu’il y a encore espoir. Il y a des activités et des projets menés avec ces femmes dans les différents camps de déplacés, à entendre ses dires.

“Le spectacle « Mon petit monde » parle de deux femmes nommées Djenneba et Mado qui résident dans un camps de réfugiés et qui récoltent des noix de karité pour subvenir à leurs besoins. Le message véhiculé est de faire savoir que nous sommes tous des potentiels réfugiés. Ces déplacés sont proches de nous mais on a tendance à tourner le regard ailleurs pour ne pas se dire qu’on est directement concerné. Il faut prendre en compte ces personnes qui sont aussi de la société. Il faut leur tendre la main; on peut le faire de diverses manières, et même prêter notre voix à leur cri de cœur pour qu’on entende leur courage, le soutien dont ils ont besoin, l’entraide et la solidarité au Burkina Faso”, foi de la promotrice Dionou.

A l’issue d’un concours lancé, la responsable du spectacle a été sélectionnée parmi dix filles. Son projet, porté par l’espace culturel Gambidi, est soutenu par le Fonds de développement culturel et touristique (FDCT). Par ailleurs, elle invite tout le monde à venir suivre le spectacle, et par ricochet à aller voir absolument les déplacés internes car ils ont besoin de nous. A l’en croire, ils sont des êtres humains au même titre que nous, et se battent jour et nuit pour s’épanouir dans la vie.

 

Micaëlle SAM (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 − 11 =