Actualités Culture Théâtre

Trentenaire du FITMO : Une exposition rétrospective trace l’image de tout un parcours.

Dans le cadre ses activités commémoratives, la 17e édition Festival international de théâtre et de marionnettes de Ouagadougou (FITMO) a organisé une exposition rétrospective de photos d’archives, le mercredi 30 octobre 2019 à Ouagadougou.

À cette occasion, le directeur artistique Hamadou Mandé a indiqué que l’objectif de cette exposition consiste à marquer les 30 ans d’existence du festival. D’où l’intérêt de la dénomination « Exposition rétrospective des trente ans » comme un devoir de mémoire. En effet, M. Mandé a expliqué que l’usage des mots pour exprimer que le Fitmo a trente ans n’est pas suffisant. A son avis, cette exposition vient à point nommé en tant qu’un témoignage « pratique » qui donne à la fois un aperçu du passé du festival et l’importance pour les générations actuelles d’avoir des archives. Car, pour lui, la question des archives dans le contexte des arts et spectacles est une question cruciale de conservation de telle sorte que parvenir à faire cette exposition constitue un challenge à lever.

« C’est le cœur de la célébration de trentenaire du festival », a martelé le directeur artistique. Par ailleurs, une visite pédagogique a conduit les visiteurs à découvrir le début en 1989 en tant que Festival de théâtre de l’union des ensembles dramatiques d’Ouagadougou (UNEDO), par le Centre burkinabé de l’Institut international du théâtre (CB-IIT1). Sur ces murs sales de la salle de théâtre Sony Labou Tansi l’on peut voir le président de l’UNEDO et secrétaire général du CB-IIT. Toute une histoire et toute une aventure avec cet esprit de solidarité et de dynamisation du monde théâtral.

De ce fait, c’est en 2007 que le Fitmo devient « Fitmo – Festival des arts du Burkina Faso » FITMO/FAB afin d’accompagner le processus de décentralisation récent au Burkina Faso. « La vision du festival est d’être fédératrice », selon les propos de Hamadou Mandé. Puisque la perspective est de faire en sorte que le festival continue à s’étendre. Actuellement accueilli, a-t-il ajouté, dans six pays avec une formule actuelle propre à chaque pays dans une festival se déroule sur toute l’année de janvier à décembre. En rappel, cette édition rend hommage à Jean-Pierre Guingané, Anne-Marie Gougi, Jean Ouédraogo et Amadou Bourou.

Achille ZIGANI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 + 12 =