Troupe Kouwolilougou de Ballerebie: Le chœur populaire de Tiébélé en studio au CENASA.

 Troupe Kouwolilougou de Ballerebie: Le chœur populaire de Tiébélé en studio au CENASA.

La troupe Kouwolilougou de Ballerebie enregistre un album dans les studios du centre national des arts (CENASA). La rédaction d’infos culture du Faso a rendu visite aux femmes à la voix extraordinaire. Lisez plutôt !

Plusieurs fois finalistes à la semaine nationale de la culture (SNC), la troupe kouwoligou de Balleberie a plus que jamais marqué les esprits par ses mélodies captivantes de chœur populaire. Séduit par le talent de ces femmes lors d’une prestation que le ministère de la culture des arts et du tourisme(MCAT) a pris l’engagement de produire un album en vue rendre pérenne leur activités musicales.

C’est dans ce sens que le studio du CENASA les a ouvert ses portes. En effet, Kouwolilougou est une troupe féminine de la commune de Tiébélé, dans le Nahouri, précisément dans la région du Centre-Sud. C’est au cours de la séance d’enregistrement au studio au CENASA, le mardi 5 février 2019 à Ouagadougou. Selon le directeur régional de la culture des arts et du tourisme, Noé Bado, cette troupe a été créée en 2001 et l’ambition de ce collectif de femmes est de préserver le patrimoine culturel de l’ethnie nankana. Avec des pas rythmés à la cadence battements de mains et de calebasse et d’un chœur, les chanteuses affirment qu’elles abordent dans leurs chansons les thématiques notamment la cohésion sociale, la solidarité et surtout le soutien aux FDS.

Accompagnées du directeur de la Culture, des arts et du tourisme, Noé Bado qui confie à cette occasion que la chanson leur a permis de prendre soin de leur famille à travers la scolarisation des enfants. Pour le leader vocal du groupe, Douko Sia, leur rêve est d’enregistrer une œuvre collective en vue de laisser à la postérité un héritage musical basé sur la culture traditionnelle. Toute chose qui va permettre à ces femmes de vivre de leur activité musicale. En remerciant le MCAT pour son soutien, ils ont exprimé leur joie pour la valorisation de l’identité culturelle des Nankana.

Achille ZIGANI

Parfait SAWADOGO

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
15 − 15 =