VERNISSAGE: l’artiste-photographe Nyaba Ouédraogo donne sa vision du monde à travers “Fragments des corps”

 VERNISSAGE: l’artiste-photographe Nyaba Ouédraogo donne sa vision du monde à travers “Fragments des corps”

La salle la Rotonde de l’Institut français de Ouagadougou accueille du 11 juin au 3 juillet 2021 l’exposition <<Fragments des corps>> de l’artiste-photographe, Nyaba Léon Ouédraogo. Le vernissage de ladite exposition a eu lieu ce vendredi 11 juin 2021, en présence du général Nabéré Traoré, parrain de la cérémonie, et de nombreuses autres personnalités notamment l’ex ministre de la communication Rémi Fulgance Dandjinou, le Délégué général du FESPACO Alex Moussa Sawadogo, et bien d’autres.

Pour la deuxième fois en moins de 12 mois, l’Institut français de Ouagadougou a été choisi pour faire valoir et promouvoir le travail artistique de l’artiste-photographe professionnel Nyaba Léon Ouédraogo. En effet, la salle d’exposition la Rotonde dudit Institut a abrité dans la soirée du vendredi 11 juin 2021, le vernissage de l’exposition <<Fragments des corps>> de l’artiste. Prévue pour rester exposée jusqu’au 3 juillet prochain, dans les mêmes locaux, <<Fragments des Corps>> est composée de plus de 48 œuvres d’art photographique.

<<Fragments des corps>> se veut, d’une manière ou d’une autre, un canal d’exploration de la construction d’une nouvelle identité de la photographie burkinabè. Au nombre de 48, ces œuvres d’art photographique de Nyaba Monsieur Ouédraogo traitent du pouvoir de l’esprit et des codes du corps grâce à la matière picturale et au baptême de la couleur. En effet, c’est pour lui, une réappropriation de la mise ne scène du réel. De façon substantielle, Nyaba Ouédraogo, à travers cette exposition, essaie d’ouvrir des portes à des lectures artistiques personnelles pour chaque spectateur.

Et pour reprendre ses termes, <<la création que je presente ici ce soir est un voyage imaginaire, hybride entre le réel et l’imaginaire, entre le mystique et le mystérieux, entre la force, la vie et la mort. Ce sont des questions, des interprétations, une manière de revisiter le réel>>. Pour lui, la photographie n’est pas seulement le fait de faire des photos, il faut au contraire avoir une démarche, une vision, un point de vue. “Et moi personnellement je me sert de la photographie pour raconter des histoires. En un mot, je me sert d’elle pour donner mon point de vue sur comment le monde est en pleine mutation. Ce qui m’intéresse réellement, c’est ce que traduisent ces photos. Et c’est dans cette dynamique que s’inscrit cette exposition qui s’étend jusqu’au 3 juillet prochain”, a-t-il clarifié.

À sa prise de parole, le parrain de cette cérémonie de vernissage en la personne du général Nabéré Traoré, s’est dit épaté et ébloui par la qualité des œuvres présentées ce soir. Mais par dessus tout selon ses propos, c’est l’aspect significatif de ces œuvres qui font de cette exposition, un canal important pour un monde meilleur. Il a de ce fait, témoigné de l’énorme talent qu’incarne Monsieur Nyaba Ouédraogo car le connaissant depuis un bon moment.

Quant au Directeur de l’Institut français de Ouagadougou, Patrick Hauguel, il a fait savoir que c’est toujours un énorme plaisir d’accueillir des artistes de la trempe de Monsieur Nyaba Ouédraogo dans ses locaux. “Cela fait plus de vingt ans qu’il est dans la photographie, et le voir revenir dans nos locaux pour des expositions, ça fait énormément plaisir, vu qu’il a fait toutes ses preuves un peu partout dans le monde”, s’est-il réjouis.

Boukari OUÉDRAOGO

Parfait SAWADOGO

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
32 ⁄ 4 =